• Brassens : les sabots d'Hélène * soutenons les Grecs !

    brassens-mouskouri-1.png

     

    A l'occasion de la grève générale aujourd'hui en Grèce, je vous propose une nouvelle lecture d'une très belle chanson de Brassens. Hélène signifie "grec", après tout ! En plus, c'est Nana Mouskouri qui présente.

     

    SOUTENONS LES HELLENES !

     

      C'est assez plaisant d'imaginer qu'il aurait pu à ce moment là penser à Nana Mouskouri pour cette chanson, flirtant un peu, devant ce parterre de gamins innocents.

     

                                     
    Les sabots d'Hélène
      
    Les sabots d'Hélène
    Etaient tout crottés
    Les trois capitaines
    L'auraient appelée vilaine
    Et la pauvre Hélène
    Etait comme une âme en peine
    Ne cherche plus longtemps de fontaine
    Toi qui as besoin d'eau
    Ne cherche plus, aux larmes d'Hélène
    Va-t'en remplir ton seau


    Moi j'ai pris la peine
    De les déchausser
    Les sabots d'Hélèn'
    Moi qui ne suis pas capitaine
    Et j'ai vu ma peine
    Bien récompensée
    Dans les sabots de la pauvre Hélène
    Dans ses sabots crottés
    Moi j'ai trouvé les pieds d'une reine
    Et je les ai gardés

    Son jupon de laine
    Etait tout mité
    Les trois capitaines
    L'auraient appelée vilaine
    Et la pauvre Hélène
    Etait comme une âme en peine
    Ne cherche plus longtemps de fontaine
    Toi qui as besoin d'eau
    Ne cherche plus, aux larmes d'Hélène
    Va-t'en remplir ton seau

    Moi j'ai pris la peine
    De le retrousser
    Le jupon d'Hélèn'
    Moi qui ne suis pas capitaine
    Et j'ai vu ma peine
    Bien récompensée
    Sous le jupon de la pauvre Hélène
    Sous son jupon mité
    Moi j'ai trouvé des jambes de reine
    Et je les ai gardés

    Et le coeur d'Hélène
    N'savait pas chanter
    Les trois capitaines
    L'auraient appelée vilaine

    Et la pauvre Hélène
    Etait comme une âme en peine
    Ne cherche plus longtemps de fontaine
    Toi qui as besoin d'eau
    Ne cherche plus, aux larmes d'Hélène
    Va-t'en remplir ton seau

    Moi j'ai pris la peine
    De m'y arrêter
    Dans le coeur d'Hélèn'
    Moi qui ne suis pas capitaine
    Et j'ai vu ma peine
    Bien récompensée
    Et dans le coeur de la pauvre Hélène
    Qu'avait jamais chanté
    Moi j'ai trouvé l'amour d'une reine
    Et moi je l'ai gardé
     
    *
    Paroles et musique Georges Brassens (1954)
       
      SOUTENONS LES GRECS TENDREMENT

     

    ET FERMEMENT comme saint Georges (aghios Yorgos) encourageant le combat :

    Quand ils serrent les poings !
    Όταν σφίγγουν το χέρι !
    (Otan sfigoun to heri)

     

     

    Concert après la chute de la dictature en 1974 (chanson interprétée par Mikis Theodorakis).

     

    Όταν σφίγγουν το χέρι,
    ο ήλιος είναι βέβαιος
    για τον κόσμο
    όταν χαμογελάνε,
    ένα μικρό χελιδόνι φεύγει
    μες απ' τ' άγρια γένεια τους
    όταν κοιμούνται,
    δώδεκα άστρα πέφτουν
    απ' τις άδειες τσέπες τους

    όταν σκοτώνονται,
    η ζωή τραβάει την ανηφόρα
    με σημαίες και με ταμπούρλα.

     

    Otan sfigoun to heri,
    O ilios inai vévéos
    ya ton kosmo
    otan hamoyelané
    éna micro helidoni fevghi
    mes ap't'agria ghénia tous

    otan kimoundai, 
    dodéka astra peftoun
    ap'tis adies tsépes tous
    otan skotonondai
    i zoi travaï tin anifora
    mé simes kai mé tabourla.

      Quand ils serrent les poings,
    Le soleil est certain
    pour le monde
    Quand ils sourient,
    Une petite hirondelle s’échappe
    du buisson de leur barbe
    Quand ils dorment,
    Douze étoiles tombent
    de leurs poches vides

    Et quand on les tue,
    La vie grimpe la pente
    avec tambours et drapeaux.
                                                        
    Yannis Ritsos : Ρωμιοσύνη, Romiosini, Grécité (1945-1947), extrait.   Transilittération latine du grec   Traduction de Jacques Lacarrière, Grécité, Fata Morgana, 1976.

      En italique : les parties qui ne figurent pas dans la chanson.

     

    Cette chanson est un classique de Theodorakis (musique) et Ritsos (poème), un chant de combat contre la dictature, qu'il est toujours bon de réentendre (interprété dans la video suivante par Yorgos Dalaras et Grigoris Bithikiotsis) et que les Grecs chantent toujours dans les manifestations.

     

     
    La voix masculine qu'on entend parler à un moment est celle du poète Yannis Ritsos. Les Grecs, quelque soit leur classe sociale chantent les poètes, comme nous le faisions encore à l'époque des grands chanteurs populaires en France (Brassens, Ferré, Ferrat, Barbara, Anne Sylvestre...). Ce n'est pas par archaïsme qu'ils chantent des chansons des années 70, c'est par fidélité et opiniâtreté. C'est parce que l'Histoire leur parle. Ils n'ont pas retourné leur veste avec béatitude vers un libéralisme bête. Ils continuent de chanter les poètes, c'est bon pour la tête.

    Faites passer les chansons

     

     

    Liens/ Links

    Quelques traductions en grec des chansons de Brassens sur projethomère

    Les chansons de Brassens sous analyse

    En passant par la Lorraine

     

    Grève générale, voir :

       A Nafplio (Nauplie)

         Le blogd'Amartia
         Le blog de Liza
         Le blog de Kafeneio

     

    Je réponds aux commentaires avec plaisir. Ils sont modérés pour éviter les publicités pleines de virus (il faudra un peu de patience avant de les voir paraître).

    « Yannis Ritsos : Notre pays * ο τόπος μαςDes bleus »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

  • Commentaires

    5
    FANNY
    Jeudi 18 Avril 2013 à 09:34
    FANNY

    Merci , au nom de tous les Hellenes qui sont dans les rues aujourd'hui.....................

    FANNY.

    4
    Mercredi 19 Octobre 2011 à 19:47
    Dornac

    Une video que m'envoie Pascal (qui ne peut plus accéder aux commentaires de mon blog) : la satire des Grecs par les Français (les guignols de l'info) où l'on voit un grec continuer de travailler malgré l'esclavage qu'on lui fait subir, "déjà disponible en France", laissant entendre qu'on fera comme eux.

    Je pense qu'on fera pire, on bougera encore moins. Par quels moyens le jauger, les chiffres des manifs?

    J'espère qu'aujourd'hui et demain les Grecs feront mentir les guignols avec la grève générale (qu'on ne fait pas en France).

    Merci Pascal.

    3
    Mercredi 19 Octobre 2011 à 18:31
    Dornac

    "Grève très suivie"

    ah !

    Les Grecs savent chanter et faire de la musique, ça fait partie de la respiration.

    2
    Mercredi 19 Octobre 2011 à 18:28
    Dornac

    Parakalo. Comment ça se passe ?

    1
    Mercredi 19 Octobre 2011 à 10:30
    Lizagrèce

    Ici, aujourd'hui la grève générale est  très suivie, y compris par les petits commerçants et producteurs ... Malgré le désastre il y a de la musique dans les rues car pas question de manifester en silence ... C'est ça la Grèce, tant qu'on est debout on danse ... Parfois avant de se suicider, hélas !!!

    Mais bon ! prenons la bonne ambiance !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :