• Constantin Cavafis : L'épaule bandée * Ο Δεμένος Ώμος

    Yorgos-Hadzimichalis-2.jpg

     

     

    L'épaule bandée

    D'après lui, il se serait cogné au mur
    ou serait tombé.

    Mais il devait y avoir une autre raison
    à son épaule meurtrie et bandée.

    Un geste plutôt brusque qu'il a fait
    pour descendre d'une étagère
    certaines photographies qu'il voulait voir de près
    a dénoué le pansement et du sang s'est mis à couler.

    J'ai rebandé l'épaule, et ce faisant, je me suis
    attardé quelque peu ; car il n'avait pas mal,
    et cela me plaisait de voir le sang. C'était
    l'objet de mon amour, ce sang.

    Quand il fut parti, je trouvai devant la chaise
    un lambeau de pansement ensanglanté,
    un lambeau bon à jeter
    directement à la poubelle,

    mais que moi, j'ai porté à mes lèvres,
    et que j'ai gardé là longtemps -
    le sang de l'amour contre mes lèvres.

    1919

     

    Ο Δεμένος Ώμος

    Είπε που χτύπησε σε τοίχον
    ή που έπεσε.

    Μα πιθανόν η αιτία να ’ταν άλλη
    του πληγωμένου και δεμένου ώμου.

    Με μια κομμάτι βίαιη κίνησιν,
    απ’ ένα ράφι για να κατεβάσει κάτι
    φωτογραφίες που ήθελε να δει από κοντά,
    λύθηκεν ο επίδεσμος κ’ έτρεξε λίγο αίμα.

    Ξανάδεσα τον ώμο, και στο δέσιμο
    αργούσα κάπως· γιατί δεν πονούσε,
    και μ’ άρεζε να βλέπω το αίμα. Πράγμα
    του έρωτός μου το αίμα εκείνο ήταν.

    Σαν έφυγε ηύρα στην καρέγλα εμπρός,
    ένα κουρέλι ματωμένο, απ’ τα πανιά,
    κουρέλι που έμοιαζε για τα σκουπίδια
    κατ’ ευθείαν·

    και που στα χείλη μου το πήρα εγώ,
    και που το φύλαξα ώρα πολλή —
    το αίμα του έρωτος στα χείλη μου επάνω.

    1919

                                                                                                

    Traduction de Dominique Grandmont, in
    En attendant les barbares et autres poèmes
    ,
    Gallimard, 2008.

     

    Από τα Κρυμμένα Ποιήματα 1877-1923

     

    Yorgos-Hadzimichalis-7.jpg

     

    Les tableaux illustrant cet article sont de Yorgos Hatzimichalis (Γιώργος Χατζημιχάλης)

     

    Liens / Links : 
    Cavafis' website
    Biographie de l'auteur
    Constantin Cavafy (wikipedia)
    English wikipedia
    Cavafiscompupress.com (site en hommage à l'auteur avec de nombreux poèmes en Grec et traduits en Anglais)

    Quelques poèmes de Cavafis sur ce blog           

    Le poème traduit en anglais et en espagnol

    « Les gorges de SamariaSofia Vembo : Ce jour-ci est le treizième du mois* Ο μήνας έχει δεκατρείς »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 2 Février 2013 à 22:12
    Dornac

    C'est osé pour l'époque, non ?

    Merci pour ta visite!
    Bises. À bientôt.

    2
    Dimanche 3 Février 2013 à 07:09
    gbenichou

    Moi c'et la cheville qui marche plus!

    3
    Dimanche 3 Février 2013 à 09:08
    lizathenes

    Belles illustrations !

    4
    Dimanche 3 Février 2013 à 09:40
    Dornac

    Oh ! Bon courage ! Alors que la neige ne faisait que passer, hop ! tu as glissé ?

    5
    Dimanche 3 Février 2013 à 09:45
    Dornac

    J'aurais quand même préféré présenter Yorgos Hatzimichalis avec d'autres tableaux. Il y avait une belle exposition au musée des arts contemporains d'Athènes l'année dernière. Ce sera pour une autre fois.

    6
    Mardi 5 Février 2013 à 19:54
    Dornac

    Merci pour ce témoignage grec précieux !
    Bises,

    Sophie

    7
    oulipia
    Jeudi 18 Avril 2013 à 09:21

    C'est beau, troublant... Merci de ce partage

    8
    FANNY
    Jeudi 18 Avril 2013 à 09:21
    FANNY

    Oui, trop ose pour l'epoque !

    Quand j'allais au lycee , dans les annees 60's , ses poemes etaient interdits pour les eleves , sauf ITHAQUE.

    C'est un de mes poetes preferes .

    Bisous

    FANNY

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :