• Dinos Siotis : nous marchons sur les eaux * Βαδίζουμε επί των υδάτων

    Dinos Siotis : nous marchons sur les eaux * Βαδίζουμε επί των υδάτων

     

     

    Βαδίζουμε επί των υδάτων

    Γνωρίζοντας από πυροβασία
    μάθαμε να βαδίζουμε και επί
    των υδάτων, στην αρχή ήταν

    κομμάτι δύσκολα τα πράγματα,
    βρέχαμε τα μπατζάκια μας, οι γυναίκες
    βρέχαν τις άκρες των φουστανιών τους,

    τα παιδιά τσαλαβουτούσαν τρομαγμένα,
    υπήρχε φόβος στο κάθε βήμα και μια
    αστάθεια μας έκανε να τρέμουμε, ενώ,

    πάντοτε ξεκινούσαμε απ' τα ρηχά
    και φτάναμε ανοιχτά στο πέλαγος.
    Το κόλπο ήταν να μην σκεφτόμαστε

    το νερό αλλά να βάζουμε άλλα
    στο νου μας, όπως πολύχρωμες
    μέρες με αγριόχορτα, ανοιξιάτικα

    λιβάδια με παπαρούνες, τούφες
    μαλλιών σε αναμμένα μάγουλα,
    μάτια υγρά σε σταθμούς τραίνων.

    Τώρα έχουμε συνηθίσει να βαδίζουμε
    άνετα επί των υδάτων, τόσο άνετα που
    δυσκολευόμαστε να προχωράμε στο έδαφος.


    Βοστώνη, 31 Μαΐου 1999

     

    Nous marchons sur les eaux

    Sachant déjà marcher sur des charbons ardents
    nous avons appris aussi à marcher sur
    les eaux, au début c'était

    un petit peu difficile tout ça
    nous mouillions nos jambes de pantalon, les femmes
    mouillaient le bas de leur robes,

    Les enfants pataugeaient effrayés,
    la peur régnait à chaque pas et une certaine
    instabilité nous faisait trembler, tandis que

    toujours nous partions des bas-fonds
    et nous atteignions le large en haute mer.
    Le truc c'était de ne pas penser

    à l'eau mais de nous mettre autre chose
    en tête, comme des journées multicolores
    avec des herbes sauvages, au printemps

    des prairies avec des coquelicots, des touffes
    de cheveux sur des joues enflammées,
    des yeux humides dans des gares de train.

    Maintenant nous sommes habitués à marcher
    aisément sur les eaux, si aisément
    que nous avons du mal à avancer sur la terre ferme.

    Boston, 31 mai 1999

          
     

    Το ηλιοστάσιο των αγγέλων, Κέδρος, Αθήνα, 2002

     

     

    In Solstice des Anges, Kedros, Athènes, 2002.
    Traduction de Marie-Laure Coulmin Koutsaftis, in Ce que
    signifient les Ithaques, 20 poètes grecs contemporains,
    Biennale internationale des poètes, 2013.

     

    Tableau en tête d'article de Tassos Madzavinos

     

    Dinos Siotis lit son poème en anglais (Festival international de poésie de Medellín):

     


    Video : Revista Prometeo

     

    Liens/ Links

    Biographie de Dinos Siotis

     

    « Larissa * Λάρισα"4.1 miles" un film documentaire sur les réfugiés en Grèce »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 4 Octobre 2016 à 08:09

    Après avoir marché dans la boue, beaucoup de réfugiés ne sachant pas marcher sur l'eau se noient . Cela fait partie d'un bien triste quotidien. 

      • Mardi 4 Octobre 2016 à 16:20

        Les tragédies ne sont pas seulement grecques, elles sont universelles. Merci de le rappeler.

    2
    Mardi 4 Octobre 2016 à 08:57

    Bonjour Dornac

    Avoir du mal à avancer sur la terre ferme

    conduit tout de même vers demain et demain peut encore être une énigme. L' avenir se construit parfois ou souvent avec des passages obligés.

                                                       -----------------------------------------------------------

     

    Vos partages se font plus espacés; veuillez accepter mes encouragements et mon soutien parmi vos actions.

    BON MOIS D'OCTOBRE.

      • Mardi 4 Octobre 2016 à 16:15

        Je pense que le poète fait référence aux adaptations des Grecs aux tragédies qu'ils ont traversées.

        Merci. Bon mois d'octobre.

         

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :