• Dix ans de blog * Δέκα χρόνια ιστολόγια (μπλογκ) * Ten years blogging

    Dix ans de blog * Δέκα χρόνια ιστολόγια (μπλογκ) * Ten years blogging

    Aujourd'hui mon blog a dix ans.
    Today my blog is ten years old.

     

    J'ai commencé en anglais sur une plateforme de blogs appelée «overblog» en ne sachant pas très bien où j'allais, ni ce que j'allais faire...

    I began in english on a plateform named "overblog" without knowing where I would go and what I would do...

    Inutile de dire que je n'imaginais pas que cela allait durer si longtemps, surtout quand en 2014 on a commencé à avoir des publicités intempestives sur overblog. À ce moment là, j'ai pensé changer de plateforme et me suis installée ici sur eklablog, plateforme qui correspondait le mieux à l'ancienne version d'overblog. Les outils pour faire les articles sont plus intéressants que sur n'importe quelle autre plateforme et je n'ai pour l'instant pas trouvé mieux. Je n'ai pas le temps de me replonger dans le html (langage informatique qui permet de faire un site soi-même), je l'avais appris et je l'ai en partie oublié.

    Ensuite, il y a eu 2016 : horreur ! Eklablog nous colle des pubs ! Impossible de retrouver une autre plateforme, je voulais arrêter, de rage. Mais finalement je reste. Grâce à qui ? Grâce aux encouragements de mes lecteurs et rien d'autre. Mon amour de la Grèce, oui, mais je commençais à me dire que j'allais le cultiver toute seule, à la manière individualiste de Voltaire « cultivons notre jardin [ndrl : et les autres... rien] ». Dois-je ajouter que je ne gagne pas un copec avec ce blog?

    Il y a, en plus, des lecteurs parmi vous qui m'ouvrent d'autres perspectives, discrètement. Allons-y pour une lapalissade : le partage c'est bien un échange.

    Je ne pensais pas non plus faire une page d'anniversaire des dix ans de mon blog. Or, certains d'entre vous me rappellent que cela fait longtemps qu'ils me suivent (Sam, Perpatitis, Amartia, JJacquesn par exemple). D'autres, oubliant le temps, me suivent, je le sais, depuis ces dix ans, comme Liza et Fanny que je connais personnellement puisque j'ai eu la chance de les rencontrer en Grèce grâce à ce blog. Peut-être quelques inconnus, d'autres trop bien connus de mon entourage me suivent aussi depuis dix ans mais ne se sont pas forcément manifestés dans les commentaires. Enfin, il y a les intermittents (comme Celeos, Elpida ou Melissokomos) et les nouveaux (comme Michalis), qui me font penser qu'il ne faut pas que je m'arrête là.

    Merci à vous.

          

    Needless to say that I didn't imagine that it would last so long, especially when in 2014 we started having unwanted ads on overblog. At that time, I thought about changing platform and settled here on eklablog which best matched the older version of overblog. The tools to make the articles are more interesting than on any other platform and I haven't found any better till now. I don't have time to immerse myself in the html (computer language that allows to make a site yourself), I had learned but I have partly forgotten.

    Then there was 2016 : horror ! Eklablog pastes ads on us ! It was impossible to find another platform, I wanted to stop, rabid. But finally I stood. Thanks to whom ? Thanks to the encouragement of my readers and nothing else. My love of Greece, yes, but I began to tell myself that I was going to maintain it alone, in the individualistic way of Voltaire "we must cultivate our garden [Editor's note: and for the others ... nothing]". Shall I add that I don't earn any money from this blog?

    There are readers among you who open other perspectives to me, discreetly. Let me tell you a truism : sharing is an exchange.

    I didn't either think about making a ten-year anniversary page on my blog. Some of you reminded me that they have been following me for seven years (Sam, Perpatitis, Amartia, JJacques for example). Others, forgetting the time, follow me, I know, since those ten years, like Liza and Fanny whom I know personally because I had the chance to meet them in Greece thanks to this blog. Maybe some unknowns, others too well known of my acquaintances also follow me for ten years but didn't necessarily show their presence in the comments. Finally, there are intermittents (like Celeos, Elpida or Melissokomos) and new followers (like Michalis), that make me think this blog can't stop now.

    Thank you.

                                        

    Dix ans de blog * Δέκα χρόνια ιστολόγια (μπλογκ) * Ten years blogging

    Vous avez peut-être des questions concernant ce blog, des témoignages, des envies de parler de Grèce en général... n'hésitez pas à laisser un message dans les commentaires, j'y répondrai dès que possible. Vous pouvez aussi réagir aux commentaires des uns et des autres. Je trouve que mon blog manque un peu de réactions. Je ne provoque peut-être pas assez...

     

    Parmi les questions qui peuvent se poser, j'anticipe sur l'une d'elles : pourquoi ai-je choisi le pseudo « dornac » ?

    Le nom m'est venu tout seul comme ça, alors que je cherchais un pseudo se terminant en « – ac » pour faire sud-ouest. Non pas parce que je viens de la France du Sud-Ouest mais parce que je garde un très beau souvenir de l'Aquitaine que j'ai visitée en camping-car en 2001. J'avais aussi fait un petit périple en canoë le long de la Dordogne, de campings autorisés en camping sauvage, quand j'avais 8 ou 9 ans avec mon père, c'était mon premier voyage-aventure.

    Or, un jour, je me suis aperçue que non seulement ce nom existait déjà (La Dornac... en Dordogne, tiens !) mais qu'en plus, c'était le pseudo qu'avait choisi un photographe que j'avais rencontré étudiante lors de mes recherches iconographiques sur Paris, mais que j'avais oublié. Dornac ou Paul Marsan, de son vrai nom Paul François Arnold Cardon (1858-1941), photographe de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle, a immortalisé Verlaine devant une absinthe au café François 1er dans le Quartier latin et bien d'autres personnalités de son temps. Dornac s'était installé confortablement dans mon inconscient, lui, ses images aussi sans doute.

    Chez moi l'inconscient crie très fort, j'y suis finalement très fidèle sans savoir qu'il me parle (encore un truisme).

    Problème: Un pseudo et une adresse de blog qui n'ont rien à voir avec la Grèce... c'est pas bon pour le référencement Google. Tant pis ! Je ne suis pas une agence publicitaire.

          

     

    You may have questions about this blog, testimonials, desires to talk about Greece in general ... don't hesitate to leave a message in the comments, I will answer as soon as possible. You can also react to each other's comments. I think my blog lacks a bit of feedback. I may not provoking enough ...

     

    Among the questions that may arise, I anticipate one of them: why did I choose the pseudo "dornac"?

    The name came to me spontaneously, while I was looking for a pseudo ending by "- ac" to refer to the southwest of France. Not because I come from southwest of France but because I keep a very beautiful memory of the Aquitaine I visited in a camping car in 2001. I had also made a small trip in canoe along the river Dordogne, from wild camping to campsites, when I was 8 or 9 years old, with my dad : this was my first adventure-trip.

    But one day, I realized that this name already existed (La Dornac ... in the Dordogne, really ?) In addition, it was the nickname that had chosen a photographer I had met during my student class when I did my iconographic researches about Paris and that I had forgotten. Dornac or Paul Marsan, who's real name is Paul François Arnold Cardon (1858-1941), is a photographer of the late nineteenth century and the early twentieth century who has immortalized the great french poet Verlaine, in front of an absinthe, at the café François 1er in the Quartier Latin, as so as other personalities of this period. Dornac had settled comfortably in my unconscious, he and his pictures also, undoubtedly.

    Inside myself the unconscious screams very loud, I'm finally very faithful to it without knowing that it's talking to me (truism again).

    Problem : a pseudo and a blog address which have nothing to do with Greece... it's not good for Google referencing. Never mind ! I am not an advertising agency.

                                                                                                          

    Dix ans de blog * Δέκα χρόνια ιστολόγια (μπλογκ) * Ten years blogging       

     

    Autre question : pourquoi la Grèce ?

    J'ai découvert la Grèce à travers la mythologie vers l'âge de 10-11 ans grâce à mon cousin. Ce sont les mythes grecs qui m'ont donné une envie véritable de lire (jusque là, seules les bandes dessinées m'intéressaient). L'année suivante, j'apprenais le grec ancien au collège. Quand j'avais 12 ans, mon père, à l'origine, donc, de mes premiers émois de voyage (c'est malheureusement la seule chose positive que je garde de lui), m'avait emmenée en Grèce où, connaissant la mythologie par cœur, je lui faisais la visite des sites antiques ainsi qu'à ma cousine d'un an ma benjamine et complice de voyage. À l'époque, on croisait plus couramment des paysans assis sur des ânes (années 80). Je me suis longtemps souvenue des sites sans me souvenir des villes (impossible par exemple de visualiser la ville d'Athènes, je n'avais en mémoire que le Parthénon). En retournant en Grèce (en 2005 et désormais tous les ans), j'ai réalisé que les odeurs, les parfums de la Grèce étaient toujours en moi et s'étaient mis tout-à-coup à m'élancer intérieurement avec des bouquets d'émotions.

    Maintenant, c'est une addiction : je dois partir tous les ans en Grèce ou je meurs.
    Ελλάδα ή θάνατος (La Grèce ou la Mort) !

    D'autres raisons se sont ajoutées à mon amour de la Grèce, comme ses habitants. J'ai commencé à prendre des cours de grec en septembre 2009. Je parle presque couramment aujourd'hui.

         

    Another question : why Greece?

    I discovered Greece through mythology around the age of 10-11 thanks to my cousin. The Greek myths gave me a real desire to read (until then, only comic books interested me). The following year, I learned ancient Greek in college. When I was 12 years old, my father who allowed me to have my first emotions from travelling (it is unfortunately the only positive thing that I keep from him), had taken me to Greece where, knowing the mythology by heart, I was making the visit as a tourist guide on the ancient sites to him and my other cousin one year my youngest and fellow traveller. At this time, peasants sitting on donkeys were more common (eighties). I have been remembering during a long time the sites without remembering the cities (impossible to visualize the city of Athens, for example, I had only the Parthenon in mind). Returning to Greece (in 2005 and then every year), I realized that the smells, the scents of Greece were still in me and suddenly had began to thrill me with emotions.

    Now it's an addiction: I have to go every year to Greece, or I die.
    Ελλάδα ή θάνατος (Greece or Death) !

    Other reasons have been added to my love of Greece, like its inhabitants. I started taking Greek classes in September 2009. I speak quite fluently today.

         

    Dix ans de blog * Δέκα χρόνια ιστολόγια (μπλογκ) * Ten years blogging

    Dix ans de blog * Δέκα χρόνια ιστολόγια (μπλογκ) * Ten years blogging

     
    N'hésitez pas à me dire ce qu'il vous manque dans ce blog sans tabou... j'y pallierai autant que possible et si c'est impossible, je le dirai.   Don't be shy to tell me what you miss in this blog ... I will compensate as much as possible and if it is not possible, I will say it.
         

    N'hésitez pas à manifester votre présence en laissant des commentaires pour cet anniversaire
    (en bas de page - votre mail n'est pas obligatoire et de toutes façons n'apparaît pas).

      Please let some comments on this anniversary page (και στα ελληνικά ! ed in italiano !)
    (bottom of the page - your mail is not mandatory and anyway doesn't appear).

    NB : certaines personnes continuent de s'abonner à la Newsletter d'overblog alors que je n'utilise plus cette plateforme. Si vous souhaitez être informés des nouveaux articles, inscrivez-vous ici (suivez le lien).

    Pour les messages personnels, c'est ici.

      NB: Some people continue to subscribe to the overblog's Newsletter when I no longer use this platform. If you wish to be informed about the new posts, register here (follow the link).

    For personal messages, it's here.

     

     Dix ans de blog * Δέκα χρόνια ιστολόγια (μπλογκ) * Ten years blogging

     Alkinoos Ioannidis : Ο Προσκυνητής (Le Pélerin)
    Paroles et traduction ici
    Vidéo : dreamlik3

    Liens / Links

    Mon premier article (06.02.2009) - My first post (2009.02.06)

     

    « Syros, capitale des cyclades * ΣύροςKilling Klaus Kinski de Spiros Stathoulopoulos (court-métrage en ligne, 2016) »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Gabrielle
    Mercredi 6 Février à 09:23
    Kronia pola
      • Samedi 9 Février à 22:48

        Merci. Telika, βρήκες !

    2
    Alain BURCKHARDSMEYE
    Mercredi 6 Février à 09:31

    Beaucoup de bpnheur à presque chaque "livraison"...  avec ERT World , Deftero, RIK  et Voulis  à temps perdu, mon coeur chante avec nos amis Grecs.... et les Stin Igeia Mas re pedia (Google en Chromecast...) je ne vous lâcherai jamais, Dornac! (A noter que Dornac est le nomd'un village du Haut-Rhin absorbé par la Ville de Mulhouse depuis longtemps, ville que je connais par mon épouse depuis 1962.... C'est loin de la Dordogne? Oui mais mon épouse est née à Périgueux, cette belle ville et belle province qui vous est chère et donne de 'bonnes gens'... comme vous) Merci Dornac, longue vie ! Sans Pub, nous c'est avec Opéra.

      • Samedi 9 Février à 22:52

        Merci. Vous me suivez depuis longtemps aussi, je crois... Si vous ne me lâchez pas, je ne vais pas lâcher.

        Pour info : Contre les pubs, il y a aussi les add-block (applications à intégrer au navigateur)

    3
    lizagrece
    Mercredi 6 Février à 09:40

    Bon anniblog ! 10 ans déjà... Il y a aussi dans tes lecteurs ceux qui sont partis, comme Gilles qui adorait ton blog. 

      • Samedi 9 Février à 22:55

        Je l'apprends maintenant. C'est rude.

    4
    Mercredi 6 Février à 11:03

            Très heureux que ma région Nouvelle Aquitaine et plus précisément le département de la Dordogne vous ont laissé d' intenses souvenirs. Si vous désirez revoir ces endroits je me ferai un plaisir de vous y accueillir. Le bergeracois renferme de nombreuses curiosités et beaucoup de village un peu à l'instar et au delà de mon village d'Issigeac et ce serait regrettable de ne pas vous faire part du musée Costi toujours à Bergerac.

            Bon anniversaire pour votre blog si riche et si apprécié par les traductions des textes des chansons. Très beau travail et longue vie à votre " BEBE ".

            https://www.evensi.fr/oeuvre-cafe-baiser-costi-muse-bergerac/290426567

     

      • Samedi 9 Février à 23:04

        Comme c'est gentil ! J'espère retourner en Dordogne un jour, oui ! Je penserai à vous. Merci.

    5
    Michalis Michel
    Mercredi 6 Février à 11:11

    Toutes mes félicitations! C'est toujours la classe ce que vous faites. Toujours trèss documenté et très complet. Je me suis abonné à votre Newsletter, mais j'ai oublié mon pseudo (michel ou Michalis). Je suis né en France de parents grecs, tous les deux originaires de Vourla (Urla) près de Izmir. J'habite à Vienne en Autriche. Alors que bientôt on va commémorer en 2022 la "catastrophe" (expulsion de 1,5 million de Grecs de Turquie, côtes de la Mer égée et Mer noire, "les pontiques"), c'est encore très présent chez les Grecs. Toutes ces villes de Macédoine que vous vous avez brillament présentées ont une population essentiellement de "micrasiates". Athènes et toutes ces municipalités de banlieue, dont souvent le nom commence par "nea ou neo", sont habitées par les descendants de ces gens. Je parle couramment grec et je remarque encore aujourd'hui, une réticence chez les Grecs non micrasiates, une réticence et par contre beaucoup de chaleur chez les micrasiates. Dans la musique grecque, et pas seulement le "rebetko", on le sent aussi. Constantinople, Sainte-Sophie, Smyrne, jouent un rôle de premier ordre dans les chansons, les contes, les proverbes etc... les poèmes que les enfants apprennent dès l'école primaire.

    Sur les côtes de l'Egée cela s'est très mal passé, ailleurs, échange de populations (500.000 Turcs de Grèce) :

    https://www.youtube.com/watch?v=-6YYy9PAee8

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Incendie_de_Smyrne

    Mon père 12 ans a vécu tout cela et a assisté à des choses innomables

    Je me suis fait un compte facebook, pour rester en contact avec des associations de souvenir de la "catastrophe" 

    Μιχάλης Εμμανουήλ Πυργέρος

    Il y a aussi : 

    ΟΙ ΠΑΤΡΙΔΕΣ ΤΗΣ ΨΥΧΗΣ ΜΑΣ

    Προσφύγων Μνήμες

    Greek Turkish friendship with music

    TRès bien à vous et bonne continuation, c'est trop bien

    Michel

      • Samedi 9 Février à 23:38

        Merci Michalis-Michel.

        Bien sûr qu'il y a aussi l'amitié greco-turque. Parmi les premiers morceaux musicaux que j'avais mis en ligne (deuxième post de ce blog en 2009), il y avait cette chanson que chantait Sophia Papazoglou avec des musiciens et un chanteur kurdes (Eleftheria). Enfin, Kurde, ce n'est plus forcément Turc, maintenant.

        Les tensions sont quand même vives entre les deux pays. Voir les avions ou les bateaux militaires turcs faire de la provocation dans les espaces aériens ou les eaux grecques, c'est assez effrayant et enrageant. Erdogan n'est pas un démocrate. J'ai vu et entendu depuis la plage de Nas à Ikaria, un tir militaire turc qui nous a fait sursauté (2017). J'ai vu le projectile (une fusée?) tomber dans la mer : les militaires turcs tirent dans les eaux grecques ! Ils tirent dans les eaux européennes et on n'en parle jamais !

    6
    Jeudi 7 Février à 14:04

    Bon anniversaire à ce blog, toujours aussi intéressant. J'admire la rigueur de tes recherches et te remercie de partager tes connaissances avec nous tous. Encore merci à toi.

      • Samedi 9 Février à 23:41

        Merci de me suivre et de m'encourager. J'aime bien aller aussi sur ton blog suivre tes conseils de lecture, par exemple.

    7
    Vendredi 8 Février à 00:37

    Merci beaucoup à tous. Je repasserai pour répondre à chacun dès que j'aurai le temps.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    8
    lia
    Dimanche 10 Février à 17:59

    Dix ans de blog * Δέκα χρόνια ιστολόγια (μπλογκ) * Ten years blogging. Πέντε χρόνια παρακολουθώ το ιστολόγιό σας, ούτε που φανταζόμουν ότι δεν είστε Έλληνας! Θεωρώ ότι βάζετε τα γυαλιά σε πολλούς...Έλληνες. Πολλά, πολλά μπράβο!  https://www.facebook.com/groups/1007170436019040/?epa=SEARCH_BOX

     

      • Dimanche 10 Février à 20:11

        Ευχαριστώ παρά πολύ, αυτό το σχολείο είναι μια μεγάλη έκπληξη !

    9
    Michel
    Lundi 11 Février à 10:10

    En tout cas, votre blog est super, continuez!

      • Jeudi 14 Février à 10:04

        Merci beaucoup.

        Pardon de répondre tardivement mais j'ai peu de temps en ce moment.

    10
    Mardi 12 Février à 19:20

    Nos meilleurs voeux! Υπέροχα ταξίδια του νου και της καρδιάς μέσα από χρώματα, μουσικές, ταινίες...

    Ευχαριστούμε! Να είστε πάντα καλά! 

      • Jeudi 14 Février à 10:08

        Ευχαριστώ πολύ ! Συγνώμη αν δεν απάντησα αμέσως αλλά δεν έχω πάντα αρκετά χρόνο. Όλα αυτά τα σχόλια με δυναμίζουν.

    11
    Frédé
    Mardi 2 Avril à 08:33
    Frédé

    Je vous connais depuis longtemps Dornac et revenir ici autour de l'anniversaire des 10 ans de ce blog me ravit ce matin ! Et je m'aperçois que cela fait trop longtemps que je ne viens pas m'enrichir ici des trésors de la culture grecque que vous avez un talent fou pour exprimer ! Merci pour les paroles des chansons que j'ai "enmagaziné" pour partir avec moi et l'aider à l'apprentissage du grec. Moi aussi , tombée dedans lorsque j'avais 22 ans, je ne passe pas un an sans aller en Grèce !

    Merci à vous et longue vie encore à ce blog si riche !

     

      • Mardi 2 Avril à 20:00

        Merci beaucoup pour ce gentil message... Ah oui oui je vous reconnais... je n'ai pas la possibilité de voir où vous êtes intervenue mais je me souviens (notamment grâce à la photo). Bonne continuation à vous aussi. Bonne Grèce.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :