• Esope et La Fontaine : Le loup et l'agneau

    Esope et La Fontaine : Le loup et l'agneau

    Tous les jours, nous révisons nos classiques.

                                                          La raison du plus fort est toujours la meilleure...

    Ésope (en grec ancien Αἴσωπος / Aísôpos) est un écrivain grec de Thrace qui aurait vécu au VIIe-VIe siècle avant J.-C. Il serait l'inventeur de la fable comme genre littéraire.
    Au XVIIe siècle, Jean de La Fontaine reprend ses fables, pour en faire des bijoux de la langue française.

    La fable d'Esope, en grec ancien :

    Λύκος καὶ ἀρήν.

    Λύκος θεασάμενος ἄρνα ἀπό τινος ποταμοῦ πίνοντα, τοῦτον ἐβουλήθη μετά τινος εὐλόγου αἰτίας καταθοινήσασθαι. Διόπερ στὰς ἀνωτέρω ᾐτιᾶτο αὐτὸν ὡς θολοῦντα τὸ ὕδωρ καὶ πιεῖν αὐτὸν μὴ ἐῶντα. Τοῦ δὲ λέγοντος ὡς ἄκροις τοῖς χείλεσι πίνει καὶ ἄλλως οὐ δυνατὸν κατωτέρω ἑστῶτα ἐπάνω ταράσσειν τὸ ὕδωρ, ὁ λύκος ἀποτυχὼν ταύτης τῆς αἰτίας ἔφη· «Ἀλλὰ πέρυσι τὸν πατέρα μου ἐλοιδόρησας.» Εἰπόντος δὲ ἐκείνου μηδὲ τότε γεγενῆσθαι, ὁ λύκος ἔφη πρὸς αὐτόν· «Ἐὰν σὺ ἀπολογιῶν εὐπορῇς, ἐγώ σε οὐχ ἧττον κατέδομαι.»
    Ὁ λόγος δηλοῖ ὅτι οἷα ἡ πρόθεσίς ἐστιν ἀδικεῖν, παρ᾿ αὐτοῖς οὐδὲ δικαία ἀπολογία ἰσχύει.

       

    Le Loup et l'agneau

    Un loup, voyant un agneau qui buvait à une rivière, voulut alléguer un prétexte spécieux pour le dévorer. C’est pourquoi, bien qu’il fût lui-même en amont, il l’accusa de troubler l’eau et de l’empêcher de boire. L’agneau répondit qu’il ne buvait que du bout des lèvres, et que d’ailleurs, étant à l’aval, il ne pouvait troubler l’eau à l’amont. Le loup, ayant manqué son effet, reprit : « Mais l’an passé tu as insulté mon père. — Je n’étais pas même né à cette époque, » répondit l’agneau. Alors le loup reprit : « Quelle que soit ta facilité à te justifier, je ne t’en mangerai pas moins. »
    Cette fable montre qu’auprès des gens décidés à faire le mal la plus juste défense reste sans effet.

                
    D'après le recueil bilingue de Chambry (édité aux Belles Lettres en 1925)     Traduction  d'Emile Chambry

     

    Tableau en tête d'article de Jean-Baptiste Oudry, Le Loup et l'Agneau.

     

    En grec moderne (d'après la traduction latine de Faidros en 41 après J-C. ) :

    Ο λύκος και το αρνί διψάσανε και φτάσανε στην ίδια όχθη. Ψηλότερα στεκότανε ο λύκος.
    πολυ πιο χαμηλά το αρνί. Τότε σπρωγμένος από την ξέφρενη λαιμαργία του,
    ο κακούργος εκείνος έψαξε πρόφαση να καβγαδίσει.
    "Γιατί¨του ρίχτηκε, "μου θόλωσες το νερό που έπινα;"
    Τότε το αρνί του λέει κατατρομαγμένο:
    "Από σένα κατεβαίνει το νερό που πίνω".
    Τότε εκείνος, διαψευμένος από τα γεγονότα, επιμένει:'
    "Πάνε εξι μήνες που με κακολογείς".
    Και το αρνί του απαντάει: "Μα εγώ ούτε που είχα γεννηθεί"
    Και ο άλλος: "Ο πατέρας σου, μα τον Ηρακλή, με κακολογούσε".
    Και με αυτά τα λόγια, το αρπάζει και ενάντια σε κάθε δίκιο το ξεσκίζει.

    Αυτός ο μύθος αφιερώνεται σε όποιον επινοεί προφάσεις για να καταπιέσει τους αθώους.

     

    La fable de La Fontaine met bien en valeur la décision arbitraire du plus fort, La Fontaine impose une morale immorale: « La raison du plus fort est toujours la meilleure», pour insister sur l'horreur de cette injustice, une injustice qui fait loi dans la réalité, en dépit de tous les efforts fournis par les hommes pour s'améliorer. En France, la Révolution apportera quand même des lois pour réduire ces injustices.
    Mais en Europe aujourd'hui, quelles lois justes sont respectées ? 

     

    Le Loup et l'agneau

        La raison du plus fort est toujours la meilleure :
                Nous l'allons montrer tout à l'heure.

                Un agneau se désaltérait
                Dans le courant d'une onde pure.
    Un loup survient à jeun, qui cherchait aventure,
            Et que la faim en ces lieux attirait.
    "Qui te rend si hardi de troubler mon breuvage?
                Dit cet animal plein de rage :
    Tu seras châtié de ta témérité.
       -Sire, répond l'agneau, que Votre Majesté
                Ne se mette pas en colère ;
                Mais plutôt qu'elle considère
                Que je me vas désaltérant
                        Dans le courant,
                Plus de vingt pas au-dessous d'Elle ;
    Et que par conséquent, en aucune façon,
                Je ne puis troubler sa boisson.
        - Tu la troubles, reprit cette bête cruelle,
    Et je sais que de moi tu médis l'an passé.
        -Comment l'aurais-je fait si je n'étais pas né ?
            Reprit l'agneau ; je tette* encor ma mère
                -Si ce n'est toi, c'est donc ton frère.
            - Je n'en ai point. -C'est donc quelqu'un des tiens :
                Car vous ne m'épargnez guère,
                Vous, vos bergers et vos chiens.
    On me l'a dit : il faut que je me venge."
                Là-dessus, au fond des forêts
                Le loup l'emporte et puis le mange,
                Sans autre forme de procès.

     

    The Wolf and the Lamb

    The reason of those best able to have their way is always the best:
    We now show how this is true.

    A lamb was quenching its thirst
    In the water of a pure stream.
    A fasting wolf came by, looking for something;
    He was attracted by hunger to this place.
    —What makes you so bold as to meddle with my drinking?
    Said this animal, very angry.
    You will be punished for your boldness.
    —Sir, answered the lamb, let Your Majesty
    Not put himself into a rage;
    But rather, let him consider
    That I am taking a drink of water
    In the stream
    More than twenty steps below him;
    And that, consequently, in no way,
    Am I troubling his supply.
    —You do trouble it, answered the cruel beast.
    And I know you said bad things of me last year.
    —How could I do that when I wasn't born,
    Answered the lamb; I am still at my mother's breast.
    —If it wasn't you, then it was your brother.
    —I haven't a brother.—It was then someone close to you;
    For you have no sympathy for me,
    You, your shepherds and your dogs.
    I have been told of this.I have to make things even.
    Saying this, into the woods
    The wolf carries the lamb, and then eats him
    Without any other why or wherefore.

                                                                                    
     
     
    Jean de La Fontaine   Translation by Eli Siegel

     * s'écrit aujourd'hui : je tète

    Et pour finir en souriant, la version en argot de Pierre Perret :

    Sur le vaste échiquier de not' mond' de misère
    Un agnelet nature qui tétait l'onde claire
    Se gourait pas un poil éclusant la lancequine
    Qu'un loup l'cherchait partout pour en faire un Tajine.
    - Viens ici p'tit loubard, qui t'a filé l'condé
    De tremper ton gros blair dans mon sirop d'ablette ?
    - Mais sire, je savais pas, j'en ai sifflé qu'un dé
    Ce n'est pas pour si peu que vous m'faites la courette ?
    Le loup à toute bubure enjambe le cresson
    Poursuivant l'innocent qui a plus un poil de sec.
    Le loup certes est plus fort, mais en guise de leçon
    On verra qu'un teigneux peut tomber sur un bec.
    Finalement comme chez nous, y a des moutons bêlants
    Y a des faibles et des forts, y a des noirs et des blancs ...
    Le roi, lui, il s'en tape, il est pas dans l'troupeau
    Il compte en s'endormant ceux qui paient des impôts.

    Moralité: Tuer un p'tit agneau sans défense ? ... C'est bien laid ...
    Mais c'est pas dégueulasse avec des flageolets !


     

    Liens / Links

    Esope en ligne (version grecque ancienne), Esope, in ancient greek

    Esope biographie en grec

     

     

    « L'enfant grec peint par... Nikolaos GyzisSyriza en tête des élections législatives grecques * exit poll in Greece »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :