• Kostas Karyotakis : Diakos (Matin d'Avril) *Διάκος (Μέρα τ'Απρίλη)

    AthanasiosDiakosTheofilos.jpg

     

    Un poème de Kostas Karyotakis qui peut rappeler Le Dormeur du Val d'Arthur Rimbaud...

     

     

    Diakos

    Matin d'avril
    Jubilait dans la vallée
    Habillée de vert tendre

    La nature balbutiait
    Ses premières fleurs

    Embrassée par un soleil d'ambre

    Les oiseaux chantaient
    En voltigeant
    un peu plus haut

    Resplendissait le printemps
    Et lui, embarrassé, a dit :
    « Comment mourir ? »

     

    Διάκος

    Μέρα τ᾿ Ἀπρίλη.
    Πράσινο λάμπος,
    γελοῦσε ὁ κάμπος
    μὲ τὸ τριφύλλι.

    Ὡς τὴν ἐφίλει
    τὸ πρωινὸ θάμπος,
    ἡ φύση σάμπως
    γλυκὰ νὰ ὁμίλει.

    Ἐκελαδοῦσαν
    πουλιά, πετώντας
    ὅλο πιὸ πάνω.

    Τ᾿ ἄνθη εὐωδιοῦσαν.
    Κι εἶπε ἀπορώντας:
    « Πῶς νὰ πεθάνω ; »

     

                                        
      Élégies et Satires (1927)
    Traduction* d'Angélique Ionatos
    (in Eros y Muerte)
        Από Ελεγεία και Σάτιρες (1927)

      *La traduction est à l'origine sous la forme d'un seul paragraphe.

     

    Tableau de Theophilos Hatzimichalis (Θεόφιλος Χατζημιχαήλ, 1870-1934) : Athanassios Diakos.

    Lu en grec par Haris Politopoulos (ο Χάρης Πολιτόπουλος) :
     
     
    Angelique Ionatos a mis en musique ce poème (album : Eros y Muerte, 2007) :
     
     
     

    Athanassios Diakos (1788-1821) est un héros de la guerre d'Indépendance grecque (1821-1830) qui s'est battu contre les Turcs aux côtés des guerriers klephtes. On a voulu le corrompre, il a refusé de devenir musulman et d'être officier de l'armée ottomane :

    « Εγώ Γραικός γεννήθηκα, Γραικός θε να πεθάνω » (Ego Graikos yennithika, Graikos the na pethano)
    « Je suis né Grec, je mourrai Grec » a-t-il répliqué.

    diakos

    On l'emmena pour l'empaler et il s'exclama :

    « Για δες καιρό που διάλεξε ο Χάρος να με πάρει,
    τώρα π' ανθίζουν τα κλαριά και βγάνει η γης χορτάρι 
    »
    (Ya thes kero pou dialexe o Haros na me parei, tora p' anthizoun ta klaria kai vganei i yis hortari)
    « Vois le moment où Charon a décidé de m'emmener,
    les branches fleurissent et l'herbe pousse de la terre

     

    Liens / Links

    Kostas Karyotakis, biographie
    Karyotakis sur wikipedia

    Autres poèmes :
       Ελεγεία και Σάτιρες (Elegia kai satires - Elégies et satires) (en grec)
      Karyotakis (en grec)
      Karyotakis sur ce blog
      Karyotakis sur le blog d'Oulipia
    Site d'Angélique Ionatos
    Une video sur Diakos
    (en grec)

    « Mélina Kana, la sensuelle...Vicky Moscholiou * Βίκυ Μοσχολιού »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    Samedi 28 Mai 2011 à 10:41
    Lizagrèce

    Dans le Dormeur du Val : il est mort ... Même si le poète dit qu'il dort

    Dans ce poème là : Le protagoniste se demande : "Comment mourir" ? ... Donc il est vivant !!

    Encore un effet de  l'optimisme grec !

    2
    Samedi 28 Mai 2011 à 13:10
    Grèce à l'Ouest

    Très belle interprétation de ce poème : j'aime beaucoup Karyotakis, toujours incisif, sans "bavardage".

    3
    Dimanche 29 Mai 2011 à 10:28
    Dornac

    Ton optimisme aussi...

    4
    Dimanche 29 Mai 2011 à 10:32
    Dornac

    C'est moi qui ai "aménagé" la forme. Dans le livret où se trouve la traduction, il y a un seul paragraphe. Merci pour cette remarque, je vais l'indiquer...

    5
    Dimanche 29 Mai 2011 à 10:33
    Dornac

    Moi aussi j'aime beaucoup Karyotakis et je regrette qu'il n'y ait pas plus de traductions.

    6
    Pascal
    Jeudi 18 Avril 2013 à 09:39
    Pascal

    Diakos est un personnage réel devenu mythique, il y a aussi dans le genre, mais plus ancien, le héros littéraire Digénis Akritas, c'est à dire l'akrite (gardien des frontières de l'empire byzantin) issu de deux races (di-génis) qui a fini par acquérir un statut de personnage réel. Dans le disque "Rizitika", Yannis Markopoulos a réorchestré la tradition crétoise avec Nikos Xilouris comme interprète unique, ici dans ce chant qui décrit l'agonie de Digénis.

    Je trouve que la traduction , même due à quelqu'un d'aussi incontestable qu'Angélique Ionatos, est un peu floue, à commencer par la forme: Karyotakis a écrit un sonnet dans la plus pure forme de ceux de Pétrarque, et on se retrouve dans la traduction avec quatre tercets. Pour autant, je ne saurais pas faire mieux...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :