• Kostis Palamas : Les Douze paroles du tzigane

    gizis-kryfo-skoleio.jpg

     

    Le grand poète grec Kostis Palamas (1859-1943) a été traduit deux fois (à ma connaissance) par Eugène Clément. Voici un extrait de l'un de ses recueils, Les Douze paroles du tzigane (Ο Δωδεκάλογος του Γύφτου) écrit en 1907, un passage de la Parole VII - La fête de Kakava.

    Tableau en tête d'article de Nicolaos Ghyzis (Gyzis) : L'école cachée
                                          Νικόλαος Γύζης : Το κρυφό σχολειό

     

     

    Ils sont venus aussi, les Tziganes lettrés, les méditatifs, plongés dans l'explication de l'inexplicable ; ils sont venus, les Tziganes touchés par la folie de l'étude, les devins et les astrologues, les magiciens et les voyants, et les interprètes des songes. Et ceux qui content sans fin les merveilleuses légendes exportées, comme des aromates et des pierreries, de leurs patries ancestrales, où tout est gigantesque, où tout se déploie dans une luxuriance et une profusion inviolées. Et ceux qui narrent certaines histoires poignantes et sombres, bien qu'éclairées par d'implacables soleils torrides. Ils sont venus, les Tziganes qui savent les révolutions des planètes, tous les secrets des constellations, qui conversent avec les étoiles et, en les observant, prédisent les amours, les destinées, les vies, les morts. Ils sont venus, les Tziganes qui charment les serpents à sept têtes, prodigues de venins meurtriers; ils sont venus, ces Tziganes, avec leurs serpents qu'ils charment et font danser, puis ils s'en forment des bracelets et les enroulent sur eux dans d'étroits embrassements. Ils sont venus, les Tziganes qui lisent avec les yeux sibyllins de leurs femmes dans n'importe quelles mains, comme dans des livres et des grimoires, les mystérieux décrets du Destin.
    Tziganes savants et Tziganes sorciers, ils n'auraient qu'à vouloir, ils pourraient s'implanter en tout pays, s'illustrer en toute nation, subjuguer les cœurs et les esprits. Mais ils ne veulent pas, ils ne veulent rien, rien que passer, orgueilleux et têtus, étrangers, nus, réprouvés, avec les corbeaux, avec les nuées, avec les grands oiseaux migrateurs. Ils ne sont pas impuissants : ils sont les Tziganes.

         

    Κι ήρθαν κι οι γύφτοι οι διαβασµένοι κι οι σκεφτικοί κι οι βυθισµένοι στ' αξήγητου το ξήγηµα, ήρθαν, κι ήρθαν κι οι γύφτοι οι χτυπηµένοι από την πέτρα της µελέτης, κι οι µαντευτάδες κι οιαστρολόγοι, κι οι γητευτέςκι οι ρουχολόγοι, κι οι ξηγητάδες των ονείρων. Κι αυτοί πουλεν, και δεν σωπαίνουν, τα παραµύθια τα παράξενα, τα παραµύθια τα φερµένα κι αυτά σα µύρα και πετράδια µέσ' απ' τις πρώτες τους πατρίδες τις γιγαντόπλαστες που είν' όλα άπνιχτα, ανέγγιχτα, περίσσια. Κι εκείνοι που διηγούνται κάποιες µαύρες θλιµµένες ιστορίες, κι ας τις φωτίζουν φωτοκαύτες ήλιοι παντού σκληρά χυµένοι. Κι ήρθαν και οι γύφτοι που γνωρίζουν των πλανητών τα κατατόπια κι όλα τα µυστικά των άστρων, και που µιλάνε µε τ' αστέρια, και που θωρώντας τα µαντεύουν ζωές, αγάπες, µοίρες, χάρους. Κι ήρθαν οι γύφτοι όσοι µερεύουν τα φίδια µε τα εφτά κεφάλια που χίλιους θάνατους σκορπίζουν· κι ήρθαν οι γύφτοι µε τα φίδια που τα µερεύουν και χορεύουν και που βραχιόλια πλέκοντάς τα σφιχταγκαλιάζονται µε κείνα.  Κι ήρθαν κι οι γύφτοι που διαβάζουν µε τα σιβύλλικα τα µάτια, τω γυναικώνε τους τα µάτια, στα χέρια απάνου, σ' όποια χέρια, σα σε βιβλία και σε δεφτέρια, της Μοίρας τα κρυφά γραµµένα.
    Γύφτοι σοφοί και γύφτοι µάγοι, φτάνει να θέλανε, µπορούσαν σε κάθε τόπο να ριζώσουν, σε κάθε γένος να φαντάξουν, καρδιές και γνώµες να υποτάξουν. Δε θέλουν, τίποτε δε θέλουν, µονάχα θέλουν να διαβαίνουν, περήφανοι και πεισµατάρηδες, ξένοι, γυµνοί και αφορισµένοι, µε τα κοράκια, µε τα σύγνεφα, και µε τους γερανούς τους περατάρηδες· δεν είναι ανήµποροι. Είναι οι γύφτοι.

                                                   
      Traduction d'Eugène Clément, Librairie Stock, 1931, p.112-113.    

           On trouve son prénom Kostis écrit avec un "c" : Costis.
           Le titre de l'ouvrage a également été traduit par Le Dodécalogue du tzigane.

     

                          Yorgos-Roilos.jpg                  
     

                         

    Un tableau de Yorgos Roïlos : Les poètes (1919) qui rappelle le Coin de table de Fantin-Latour (1872) où figurent Rimbaud et Verlaine. Au centre du tableau se trouve Kostis Palamas (la tête appuyée sur sa main).
                Γεώργιος Ροϊλός (1867-1928) : Οι ποιητές (π. 1919)

    à droite : A. Proveleggios (qui lit son poème) puis de gauche à droite : G. Stratigis, G. Drosinis, I. Polémis, Kostis Palamas et G. Souris.
    Α. Προβελέγγιος να διαβάζει κάποιο ποίημά του, ενώ από τα αριστερά προς τα δεξιά διακρίνονται οι Γ. Στρατήγης, Γ. Δροσίνης, I. Πολέμης, K. Παλαμάς και Γ. Σουρής

                        

     

    Links / Liens

    Kostis Palamas (1859-1943)
    Biographie sur le site de Projet Homère

    Sur wikipedia
    Ο Δωδεκάλογος του Γύφτου (Le dodécalogue du tzigane, version grecque en ligne)
    Le dodécalogue du Tzigane (en grec avec traduction anglaise)
    Les Douze paroles du tzigane (traduit par Eugène Clément) : catalogue de la Bibliothèque nationale de France
     Le dodécalogue du tzigane mis en musique par Petro Tabouris
    Ύμνος εις την Αθηνάν (
    Hymne à Athènes, version grecque en ligne)

    La Flûte du roi traduit par Eugène Clément: Catalogue de la bibliothèque municipale d'Orléans 

    Katerina Fotinaki a également mis en musique Kostis Palamas.

    L'extrait traduit en français a été mis en ligne par vivrevouivre (merci à lui de m'avoir fait connaître l'existence de cet ouvrage).

     

    « Chaise Design grecqueÉlections grecques et françaises »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

  • Commentaires

    12
    lizagrèce
    Jeudi 18 Avril 2013 à 09:28
    lizagrèce

    Il continuent dêtre (ici) - les tziganes - nus - réprouvés - ...

    Démuinis de tout,  mais et ne voulant pas être autre chose que des gens du voyage ...

    11
    lizagrèce
    Jeudi 18 Avril 2013 à 09:28
    lizagrèce

    Non ! c'est faux ... On les "considère " comme grecs - bien sûr !  puisque les 3/4/ sont Grecs et les hommes font leur service militaire ...

    Mais, certes, si on le pourchasse pas on les laisse vivre hors de la société : illétrisme - problèmes sanitaires et de malnutrition ... C'est le tiers-monde au milieu de nous ... et chaque clan reste sur son "quant-à-soi"

    Les tziganes (oiu gitans) eux de leur côté, à par quelques-uns qui ont réussi à être commerçants restent en dehors de la société grecque et refusent de scolariser leurs enfants ce qui fait que rien n'avance.

    A noter aussi que les gitans sont là depuis le Moyen-Age - ils venaient d'Inde - dont ils continuent à perpétuer le système des castes

    Bref ! rien n'a bougé depuis.... Ces deux mondes se cotoient dans la pire des indifférences et quand on parle du problème c'est comme quand on parle de l'Eglise : sujet tabou ...

    10
    pascal
    Jeudi 18 Avril 2013 à 09:28
    pascal

    J'ai été un peu interloqué par la présentaion du poème: je connais Palamas, essentiellement de nom, comme une grande référence culturelle en Grèce, aussi méconnu en dehors que son ami Sikélianos, et c'est bien dommage. Je savais que Palamas  participait de ce grand mouvement qui, en plus du choix  de la langue démotique, remettait en cause l'orthographe ordinaire (comme Jean Psichari). Mais cette disparition des espaces entre certains mots, créant des syntagmes article/nom par exemple, me paraissait aller au delà de ce à quoi je m'attendais de la part de gens qui ont fortement pesé pour une réforme de la langue.

    Je suis allé vérifier aux sources... Dans cette version monotonique, le fragment que vous avez publié se trouve entre le milieu de la page 74 et le tout début de la page 76. Ouf! J'ai retrouvé mes espaces, ça fiche un coup vous savez...

    En parcourant (rapidement) les 75 premières pages à la recherche de l'extrait, j'ai eu le sentiment d'une langue très accessible, ça devrait tenter un traducteur...

    9
    lizagrèce
    Jeudi 18 Avril 2013 à 09:28
    lizagrèce

    Le fait qu'on les considère comme des Grecs puisqu'ils  le sont mais on les perçoit comme de sGrecs de seconde zone

    8
    FANNY
    Jeudi 18 Avril 2013 à 09:28
    FANNY

    En grec, c'est ΚΩΣΤΗΣ ΠΑΛΑΜΑΣ !

    ΚΩΣΤΗΣ est le diminutif de ΚΩΝΣΤΑΝΤΙΝΟΣ .

    CONSTANTIN en francais, donc : Costis Palamas :-))

    7
    Dimanche 17 Juin 2012 à 16:59
    Dornac

    En résumé, les Gitans ont la nationalité grecque. C'est moi qui me suis mal exprimée. Ma copine de Thessalonique avait dû me dire la même chose.

    6
    Dimanche 17 Juin 2012 à 16:57
    Dornac

    Les deux orthographes existent. J'avais noté les deux. L'orthographe des noms grecs est variable. Par exemple, je croyais qu'en français on ne disait que Cavafis (et les Anglais Cavafy), et je viens de trouver, aujourd'hui même, au marché de la poésie, un ouvrage en français avec le nom Cavafy comme en anglais.

    5
    Samedi 16 Juin 2012 à 19:18
    Dornac

    Qu'est-ce qui est faux? On dit la même chose. Merci pour les infos supplémentaires.

    4
    Samedi 16 Juin 2012 à 18:52
    Dornac

    Je vais revérifier pour la ènième fois et corriger. Il reste toujours des erreurs, oui. Ce n'est pas l'orthographe c'est juste l'espacement (j'ai copié/collé sur le site en ligne page 66-67 et ça a posé de gros problèmes car tout était désossé).

    3
    Samedi 16 Juin 2012 à 10:18
    Dornac

    Une amie grecque de Thessalonique me disait qu'en Grèce, on les considérait comme des grecs (pas les gens racistes, évidemment). Ils étaient venus dans un café de la banlieue de Thessalonique nous faire un concert sur mesure, en close-up comme diraient les magiciens. C'était une belle soirée.

    2
    Samedi 16 Juin 2012 à 10:16
    Dornac

    Malheureusement, je ne vais pas pouvoir alimenter beaucoup cette rubrique puisqu'on ne trouve pas facilement dans le commerce de traduction française.

    1
    Samedi 16 Juin 2012 à 09:28
    miriam

    merci de nous faire connaître ce poète

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :