• Le Magne (1) Aréopolis

    Magne1.JPG

     

    Il émane un grand isolement de cette partie péninsulaire du sud du Péloponnèse , le Magne, dont la ville principale est Areopolis. C'est un peu comme s'il y faisait plus sec qu'ailleurs – au sens propre car il y a une végétation très clairsemée, l'albédo est forte, et les monts sont rocailleux – comme au figuré, car l'atmosphère a quelque chose de fortement minéral, dur, désertique, même chez les habitants qui n'ont pas la fraîcheur ni l'affabilité du reste de la Grèce. On s'y sent un peu plus qu'ailleurs écrasé par la chaleur, et (pour une fois en Grèce !) abandonné à ce sort. L'habitat très particulier, bâti en pierres grises, renforce cette impression désertique : on se croirait presque à Ouarzazate en distinguant à distance comme une multitude de petites forteresses faites de hautes tours carrées où l'on guette et l'on enferme peut-être, où l'on s'enferme.
    Mais dans les petits villages, la sobriété est rompue lorsque quelques habitants sortent des maisons et s'amusent en passant à voir les touristes crevetter au soleil : ils esquissent alors un sourire.

    Longtemps, le Magne a vécu comme une zone sauvage et désunie par la loi des clans dont les chefs dirigeaient les villages et s'affrontaient en vendettas. Il a été peuplé au VIIe siècle par des Laconiens (autour de Sparte) qui fuyaient les invasions slaves. Les Maniotes ont réussi à conserver leur indépendance face aux occupants, qu'ils soient Francs, Byzantins, Vénitiens ou Ottomans.
    Certains Maniotes s'installèrent en Corse au XVIIe siècle, sous la république génoise, à Cargèse, en particulier. De Sparte à la Corse, on suit la trace des « Coriaces »...

     

    1.JPG

     

    Aréopolis (la ville d'Arès) s'appelait autrefois Tsimova (nom slave).

    Les plus anciennes maisons du Magne datent du XVIIe siècle. Les tours étaient au nombre de 800 environ dans toute la région au XIXe siècle.

     

    2.JPG

     

    3

     

    5.JPG

     

    6.JPG

     

    7.JPG

     

    4.JPG

     

    8.JPGIl était une fois dans le Magne.

     


    Un Maniatiko Miroloi
    (Μανιάτικ
    ο μοιρολόι chants funèbres maniotes)
    par Alkistis Protopsalti (1980)
    .
    Video : eranistisblog

     

    9.JPG

     

    10.JPG

     

    11.JPG

    C'est sur cette place du 17 mars 1821 qu'à cette date Petros Mavromichalis (dit Petrobey -Πετρομπέης) incita les Grecs à la révolte contre les Turcs. Les Maniotes enfin unis derrière lui firent barrage aux Turcs.

     

    12.JPG

    Église des Taxiarques

     

    13.JPG

     

    14.JPG

     

    15.JPG

     

    16.JPG

     

    17.JPGLa place principale à l'entrée du village sur laquelle est érigée la statue de Petrobey.

    Photos personnelles.

     

    Voir aussi

    Les grottes de Diros (Magne)
    Le Magne (2) Laghia
    Le Magne (3) Gherolimenas

    Le Magne (Wikipedia)

    Le blog de Christocentrix (blog royaliste et frontiste ): il vous en dit plus encore sur l'histoire du Magne et sur sa musique.

    Leigh Fermor: Mani, Voyage dans le sud du Péloponnèse

              

    « Kostas Karyotakis : Michalios * Ο ΜιχαλιόςTsitsanis : Ingrate * Αχάριστη (rébètiko) »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    Mercredi 7 Novembre 2012 à 11:53
    lizagrèce

    C'est en effet une région très particulière et les Maniotes ont en effet la réputation de ne pas être commodes. C'est d'ailleurs un Maniotte qui a assassiné Kapodistria. Quant au mot "laconique" il a trouvé son origine dans la région.

     

    2
    Mercredi 7 Novembre 2012 à 14:22
    gilles benichou

    Les Magniotes sont connus pour leur rudesse.

    Ce sont eux qui ont assasiné Kapodistria pour une sombre histoire d'impôts!

    3
    Mercredi 7 Novembre 2012 à 20:06
    Dornac

    Ce sont justement le frère et le fils de Petrobey Mavromichalis -le héros révolutionnaire dont la statue est à Aréopolis - qui l'ont tué. Kapodistria avait fait mettre en prison Petrobey (1831) et utilisé les Russes contre les Maniotes.

    4
    Mercredi 7 Novembre 2012 à 20:17
    Dornac

    Je ne savais pas que "laconique" venait de la région et de ses habitants, je croyais (je me demande bien comment) que cela venait de Laocoon qui voulait avertir les Troyens du danger que représentait le cheval offert par les Grecs, au moment de la guerre de Troie (cet épisode là est narré dans L'Odyssée) : il n'a pas eu le temps puisque des serpents de mer sont venus l'emporter pour l'empêcher de parler. Les dictionnaires (dont le wiktionnaire) te donnent raison.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :