• Nikos Gatsos : Combien je t'ai aimée * Πόσο πολὺ σὲ ἀγάπησα

    Alekos-Fassianos.jpg

     

     

    Combien je t'ai aimée moi seul peux le savoir
    Moi qui parfois t'ai effleurée
    avec les yeux des astres

    Étreinte avec la crinière de la lune
    pour danser avec toi

    Dans les champs de l'été
    parmi les chaumes arasés

    Et manger avec toi les trèfles moissonnés
    Immense et noire mer
    au col ceint de galets

    Aux cheveux de pierres multicolores.
      Πόσο πολὺ σὲ ἀγάπησα ἐγὼ μονάχα τὸ ξέρω
    Ἐγώ ποὺ κάποτε σ᾿ἄγγιξα
    μὲ τὰ μάτια τῆς πούλιας

    Καὶ μὲ τὴ χαίτη τοῦ φεγγαριοῦ
    σ᾿ἀγκάλιασσα καὶ χορέψαμε μὲς στοὺς

    καλοκαιριάτικους κάμπους
    Πάνω στὴ θερισμένη καλαμιὰ
    καὶ φάγαμε μαζὶ τὸ κομένο τριφύλλι

    Μαύρη μεγάλη θάλασσα μὲ τόσα βότσαλα τριγύρω στὸ λαιμὸ τόσα
    χρωματιστὰ πετράδια στὰ μαλλιά σου.
                                                                                                                             
    Extrait de Amorgos. Traduction de Jacques Lacarrière, édition Desmos, 2001.   Νίκος Γκάτσος, Αμοργός, 1943 

     

    Manos Hadjidakis a mis en musique ce poème, interprété ici par Maria Farantouri (2005):

     

     

    Tableau en tête d'article : Alekos Fassianos

     

    Liens / Links

    Nikos Gatsos (1911-1992) : biographie de wikipedia (en français)

    Amorgos In English : nauplion.net

    Nikos Gatsos sur ce blog :  Nikos Gatsos : Καίγομαι* Je brûle (rébétiko)                
                                        D'autres poèmes de Nikos Gatsos
    La dimension familière de la poésie insulaire de Nikos Gatsos (Lisa Mamakouka)

    Amorgos en grec

    Autres traductions de Nikos Gatsos :
    Σκοτεινή Μητέρα, Sombre Mère (Oulipia)

     

     

    « Des chaises musicales solidairesMarietta : Bleu Velours * Μπλε βελούδο »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

  • Commentaires

    6
    Dimanche 12 Février 2012 à 12:43
    Dornac

    je crois qu'il va falloir être patiente... et recommencer ! (merci!)

    5
    Samedi 11 Février 2012 à 22:39
    Marie Hélène

    Si, j'ai bien dit quelque chose, mais le com n'a pas été enregistré!

    je disais donc:

    4
    Mercredi 8 Février 2012 à 12:18
    Dornac

    Vous ne dites rien ?

    Voilà ! Votre blog fait partie de ceux (philhellènes) que j'ai découvert récemment avec plaisir.

    3
    Mardi 7 Février 2012 à 21:36
    2
    Lundi 6 Février 2012 à 08:33
    Dornac

    D'une part il y a le problème de la prise de son (externe ici je crois) et le son de cette video n'est pas bon. D'autre part, je crois qu'on a voulu ici faire une sorte d'oratorio (il faut que je retrouve l'information, juste un peu de patience...).

    1
    Lundi 6 Février 2012 à 08:14
    Amartia

    Un magnifique poème, mais je dois dire que je trouve l'interprétation de Farandouri un peu "molle" et surtout trop ampoulée, avec tous ces choeurs. A la lecture j'aurais imaginé quelque chose de plus sobre. 

    Les liens que tu indiques sont toujours intéressants et je me laisse prendre à chaque fois. 

    Merci

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :