• Nikos Karouzos : Tant que la vie dure * Όσο κρατήσει η ζωή

    alekos fassianos-un voyage unique

     

    Nikos Karouzos est un poète originaire de Nauplie.
    Son poème Όσο κρατήσει η ζωή (Tant que dure la vie) a été mis en musique par Yannis Markopoulos et interprété ici par Manolis Mitsias :

     

     

    Όσο κρατήσει η ζωή

    Όσο κρατήσει η ζωή
    κρατεί κι ο θάνατος.
    Ώρα να σκεφτώ τα μελλούμενα
    σωριασμένα αιφνίδια στο χθες.
    Φοβερή ασυνέχεια : ο πλούτος μου
    είναι το στήθος μου.
    Γι αυτό ποτέ δεν παζάρεψα
    το ηλιοβασίλεμα
    και ταξιδεύω σίγουρος,
    όσο η μίνθη ταξιδεύει
    και το ασπροθύμαρο.

     

    Tant que la vie dure

    Tant que la vie dure
    la mort aussi persiste
    Il est temps de penser l'avenir
    imprévu dans les strates du passé
    discordance effrayante : ma richesse
    est ma poitrine
    Voilà pourquoi je n'ai jamais marchandé
    le crépuscule
    Et je voyage sûr
    tant que
    la menthe voyage
      l'immortelle aussi.

            
        Traduction personnelle (autres propositions
    bienvenues : voir commentaires).

    Tableau en tête d'article d'Alekos Fassianos : Un voyage unique.

     

    Dans une version un peu différente au niveau des paroles, Haris Alexiou :

     

    Video : Tahanassis1212

     

    Yannis Haroulis l'a également chantée en concert. 

     

    Liens / Links

    Biographie et traductions de Michel Volkovitch
    Nikos Karouzos (1926-1990): textes lus par lui-même sur myspace

    Notes biographiques sur l'auteur en anglais
    Nikos Karouzos sur Apiliotis

     

    « Le syndrome du larbin ou l'économie française vue par un ChinoisLa presqu'île de Gramvoussa et le lagon de Balos »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    Jeudi 21 Juin 2012 à 14:28
    Dornac

    On voit les pros ! Merci Oulipia.

    "écroulé" en revanche, je ne comprends pas: ça me semble trop fort parce que je voyais plutôt l'idée d'une ressource puisée dans le passé plutôt qu'un avenir enterré ou "écroulé".
    Pour la menthe j'ai vérifié c'est du grec ancien. J'ai fait une erreur, je vais corriger. Le phagnalon n'est pas du thym. Pourquoi avoir choisi cette traduction?

    2
    Jeudi 21 Juin 2012 à 22:13
    Dornac

    Entendu. Merci pour ces explications.

    3
    Jeudi 21 Juin 2012 à 22:13
    Dornac

    C'est ce qu'a pensé Oulipia également.

    4
    Lundi 25 Juin 2012 à 15:57
    Dornac

     

    Bonjour, j'ai fini par trouver l'immortelle des pierres pour remplacer le trop scientifique phagnalon. Ce serait le nom usuel.
    Le terme "écroulé" ne me convient toujours pas même après la lecture du dictionnaire grec. L'exemple pris par ce dictionnaire grec ne dit pas qu'une personne s'écroule dans son fauteuil, mais peut-être qu'elle s'y enfonce (si c'est l'exemple qui vous a décidé à choisir ce terme).

    5
    oulipia
    Jeudi 18 Avril 2013 à 09:27

    Bonjour,

    merci pour ce texte. Je soumets une proposition de traduction alternative :


    Tant que durera la vie

    dure aussi la mort.

    Moment de penser au futur

    écroulé soudain dans hier.

    Terrible rupture : ma richesse

    c'est mon cœur.

    C'est pourquoi jamais je n'ai marchandé

    le coucher du soleil

    et je voyage confiant,

    comme voyagent la menthe

    et le thym blanc.

    6
    oulipia
    Jeudi 18 Avril 2013 à 09:27

    J'utilise le plus souvent pour traduire le site Πύλη για την ελληνική γλώσσα, qui centrqlise plusieurs dicos - avec principalement le Τριανταφυλλίδης.

    Pour σωριάζω, définition et exemples m'ont conduite vers ce choix. http://www.greek-language.gr/greekLang/modern_greek/tools/lexica/search.html?lq=%CF%83%CF%89%CF%81%CE%B9%CE%B1%CE%B6%CF%89&sin=all

    Quant à l'ασπροθύμαρο, le mot est donné comme "régional", et donc au lieu du nom scientifique j'ai choisi de traduire le mot de façon littérale, il m'a semblé qu'un terme botanique "scientifique" n'était pas dans l'esprit du poème.

    7
    pascal
    Jeudi 18 Avril 2013 à 09:27
    pascal

    Thym blanc, c'est une appellation populaire, et c'est peut-être mieux. Dans un poème, peu importe après tout la rigueur botanique, si effectivement le phagnalon, qui fleure bon le grec ancien n'est pas apparenté au thym véritable, quelle importance? 

    Quoique... Il me souvient d'une chanson de Markopoulos, sur un poème de Séféris où, sans hésitation aucune, on fait dans le botanique à poil dur:

    Τα μονοκοτυλήδονα

    και τα δικοτυλήδονα

    ανθίζανε στο κάμπο ...

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :