• The Noir Project de Grigoris Vardarinos

     

    The Noir Project est un court-métrage, un conte-métrage de Grigoris Vardarinos destiné à dénoncer les violences conjugales.

    C'est un film dur et beau pour le message finalement délivré, pour l'image.
    Le postulat du film pourrait reposer sur la problématique suivante : la répétition de la violence est-elle inéluctable ?

    Émotionnellement dense, le film est construit autour de la menace permanente d'un crime de vengeance : un jeune homme est régulièrement témoin des violences de son père contre sa mère, il dessine cette violence avec la promesse de mettre virtuellement fin à la vie du monstre, mais la réalité immédiate répète le scénario de la bande dessinée qui devient alors une prédiction.

     
              

    The Noir Project is a short film, a tale-film of Grigoris Vardarinos, which intends to denounce domestic violence. It's a hard and beautiful film for the final message delivered, for the pictures.
    The premise of the film could be based on the following question : is the repetition of the violence inescapable ?

    Emotionally dense, the film is built around the constant threat of a revenge crime : a young man is regularly the witness of his father's violence against his mother, he draws this violence with the promise to virtually put an end to the life of the monster, but the immediate reality repeats the scenario of the comics drawn and becomes a prediction.

                                                      

    The Noir Project de Grigoris Vardarinos

     

    The Noir Project de Grigoris Vardarinos

     

    Oedipe prendrait alors la place de Thésée pour tuer le Minotaure, et partirait avec sa mère pour une odyssée en Allemagne.
    Trois mythes d'un coup dans un quotidien banal, puisque cette violence est banale dans l'humanité.
    La menace d'Oedipe est de tuer le père monstrueux. La vengeance, c'est répéter la violence, comme une calamité, un cercle vicieux éternel.
               

    Then, Oedipus would take the place of Theseus to kill the Minotaur and would go with his mother to an odyssey in Germany.
    Suddenly three myths emerge in one film and in an ordinary daylife, because this kind of violence is a commonplace in humanity.
    The threat of Oedipus is to kill the monstrous father. Revenge is repeating violence, a calamity, an eternal circle.

     

     

    On sait que la violence potentielle du fils est destinée à stopper net celle du père et c'est pour cela qu'elle revient en boucle non pas dans les images mais dans les intentions et les actes du personnage. Le suspens est donc continuel dans ce film, la fin nous révèle la réponse à la question : non, la répétition de la violence n'est pas inéluctable, au mot « give » inscrit sur les doigts du père se substituera celui de « take », prendre sa vie en main.
    L'atmosphère de roman policier est entretenue par les dessins en noir et blanc dont le style se réfère aux films américains des années 40 et 50, à Marlowe et à la Nuit du chasseur.

         

    We know that the potential violence of the son is used to stop the father's and that's why it comes back like a loop, not in the pictures but in the intentions and in the actions of the character. The suspense, constantly there in the whole movie, leads to an end that reveals the answer to the question : no, the repetition of the violence is not unavoidable, the world “give” written on the father's fingers is replaced by the world “take”, the protagonist takes his own life in his hands.

    The atmosphere of a detective story is maintained by the black and white drawings whose style refers to American films of the of the 40s and the 50s, Marlowe and The Night of the Hunter .

                                

     


    The movie mixes up cartoons with actors' scenes
    Le film mêle des dessins animés à des scènes d'acteurs

     

    La scénariste, Anastasia Bartzoulianou, est cinéphile et solidement liée au réel : cela donne une base de créativité réaliste pour raconter une histoire avec intelligence. Elle a reçu le prix du scénario au 4e festival du film digital d'Athènes.

    Le film a également a été nominé dans différents festivals:
    Maroc, Tanger, Festival du Film Méditerranéen
    Drama, Festival National du Court-métrage de Drama 
    Syros, Festival International du Filma d'Animation – Animasyros
    Naoussa, Naoussa international film festival
    Athens, au Festival International du Film Digital, et au Festival International du Film d'Athènes
    Thessalonique,  Festival International du Court-métrage de Thessalonique
    Larissa, Larissa International Film Festival (à venir)

     
     

    The writer of the screenplay, Anastasia Bartzoulianou, is a cinema lover strongly linked to the real : that makes a reality-creative base of telling a story intelligently. She received the price of the Best Screenplay at the 4th Athens International Digital Film Festival AIDFF.

    This movie has been nominated in many festivals:
    Morocco, Tangier, Mediterranean Short Film Festival
    Drama, National Short Film Festival in Drama 
    Syros, International Animation Film Festival – Animasyros
    Naoussa, Naoussa international film festival
    Athens, in both Athens International Digital Film Festival, and Athens International Film Festival
    Thessaloniki, Thessaloniki International Short Film Festival
    Larissa, Larissa International Film Festival

                                                                                                                                   

    Bande-annonce du film (trailer) :


    Video : thenoirprojectmovie

     

    Un extrait :

     
    Video : thenoirprojectmovie

     

    Durée du film : 26 minutes - The film lasts 26 minutes

    Réalisation / Direction : Grigoris Vardarinos (Γρηγόρης Βαρδαρινός)
    Scénario / Screenplay : Anastasia Bartzoulianou (Αναστασία Μπαρτζουλιάνου)
    Production : Nikos Sekeris- Kasokerakis (Νίκος Σέκερης - Κασοκεράκης)

    Dessins, animation : Yotis Vrantzas (Γιώτης Βράντζας)
    Musique : Vangelis Papagieorgiou (Βαγγέλης Παπαγεωργίου)
    Casting
          Iakovos :
    Vaggelis Kosteas (Βαγγέλης Κωστέας)
          La mère (mother) : Maria Hatzjioannidou (Μαρία Χατζηιωαννίδου)
          Le père, Manolis (father) : Dimitris Tsilinikos (Δημήτρης Τσιλινίκος)

    Links / Liens

    Site du film : Thenoirproject.org
    Noir Project sur Facebook
    Anastasia Bartzoulinaou parle du film (en anglais)
    Page des récompenses du film (price)
     

    Grigoris Vardarinos sur Greek animation

    Athens Internation Digital Film Festival : The Noir Project

    Filmek

    Centre cinématographique marocain ccm.ma

     

    Les soutiens (sponsors) :


    indiegogo video
    from The Noir Project on Vimeo.

    Le making of :


    "The Noir Project" official making of
    from The Noir Project on Vimeo.

     

    « Demis Roussos έφυγεMiltos Sachtouris : Les présents * Τα δώρα »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    5
    Vendredi 13 Mars 2015 à 22:41

    Bonjour,

    Je serais ravie de connaître vos pages. Je vous envoie mon e-mail direct. A bientôt.

    4
    Page grecque
    Jeudi 12 Mars 2015 à 09:21

    Bonjour,

    Je tombe par hasard sur votre site en cherchant des choses sur Elytis. Je vois que vous êtes un passionné (ou une passionnée?)  de la Grèce. J'ai moi-même un site qui s'appelle la page grecque où j'essaie de parler de l'actualité culturelle en Grèce et de faire une sorte d'agenda de ce qui est intéressant, en rapport avec la Grèce: liens vers des émissions, etc... Et d'autre part j'anime un journal franco-grec en ligne : "Actualité bilingue". Je vais explorer plus attentivement vos articles. Ce serait peut-être bien qu'on se contacte? Je voulais le faire par mail mais je n'ai pas trouvé de bouton contact.Bonne journée et j'espère à bientôt!

     

    3
    Dimanche 15 Février 2015 à 12:18

    Raison de plus pour les suivre !

     

    2
    Dimanche 15 Février 2015 à 11:05

    Ils sont jeunes et n'ont pas la renommée des cinéastes que tu cites.

    1
    Dimanche 15 Février 2015 à 10:19

    En dehors des grands metteurs en scène classiques : Angelopoulos, Cacoyannis je connais peu le cinéma grec. Il va falloir que je songe à combler mes lacunes.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :