• Constantin Cavafis : je suis parti * Επήγα

     
    Ce poème de Constantin Cavafis a été écrit en 1913.
     

    Επήγα

     

    Δεν εδεσμεύθηκα. Τελείως αφέθηκα

    κ’ επήγα.

    Στες απολαύσεις, που

    μισό πραγματικές,

    μισό γυρνάμενες μες

    στο μυαλό μου ήσαν,

    επήγα μες στην φωτισμένη νύχτα.

    Κ’ ήπια από δυνατά κρασιά, καθώς

    που πίνουν οι ανδρείοι της ηδονής.

     

    Je suis parti

     

    Je n’ai pas voulu m’attacher. J’ai tout donné de moi,

    puis je suis parti.

    Vers des jouissances qui se sont avérées

    à demi réelles,

    en même temps que folles chimères

    de mon cerveau,

    Je suis parti dans la nuit illuminée.

    Et j’ai bu des vins âpres, comme savent

    En boire les hommes de plaisir.

                                                                                         

    Από τα Ποιήματα 1897-1933, Ίκαρος, 1984

      Traduction de Dominique Grandmont,
    En attendant les barbares et autres poèmes
    , Gallimard.
                                                                         

    I went

     

    I didn’t restrain myself. I let go completly and went.

    To those pleasures that were partly real,

    Partly swirling in my mind,

    I went,into the lighted night.

    And drank of potent wines, such as

    The fearless in their sensual pleasure drink.
     
           
    Translation by Evangelos Sachperoglou, in C.P. Cavafy, The collected poems, Oxford.    

     

    Martha Menahém (Μάρθα Μεναχέμ) a mis en musique ce poème, interprété ici par Yannis Lekopoulos (Γιάννης Λεκόπουλος):

     

     

    Painting at the top of the article/Tableau en tête d'article:
                                                       
    Σπύρος Βασιλείου, Η Αθήνα τη νύχτα (1930)
                                                        Spiros Vasileiou, Athènes la nuit.
      

     

    Liens / Links :

    Une autre traduction de ce poème par Georges Papoutsakis (1958) : Je suis allé
    Cavafis' website
    Biographie de l'auteur
    Constantin Cavafy (wikipedia)
    English wikipedia
    Cavafiscompupress.com (site en hommage à l'auteur avec de nombreux poèmes en Grec et traduits en Anglais)

    Quelques poèmes de Cavafis sur ce blog   

    Martha Menahem (discographie en grec)

     

    « Constantin Cavafis : VoixInterlude - devinette : Comment arrive-t-on là-haut ? »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    2
    Vendredi 16 Octobre 2009 à 16:48
    Dornac
    Ha mais oui... je n'ai pas réagi en le lisant et le relisant... un traducteur très attaché à la traduction littérale de μυαλό mialo (cerveau, cervelle)... est-ce que Cavafis était trop humble? L'esprit donne plus de hauteur que le cerveau. Peut-être le traducteur a-t-il voulu faire du mot-à-mot en pensant que Cavafis avait une idée très pragmatique de son propre esprit,même s'il était à la recherche du beau, peut-être restait-il humble quant à lui-même? Qu'en penses-tu? J'ai personnellement du mal à me positionner ici.
    Pour "afinika", c'est vrai que la traduction "tout donné de moi" apporte un sens supplémentaire dont j'aimerais connaître les justifications.
    Merci pour ces remarques qui font réfléchir, mine de rien...
    1
    Mercredi 14 Octobre 2009 à 13:43
    lizagrece
    J'aurais traduit le premier vers ainsi
    Je n'ai pas voulu m'attacher. J'ai tout laissé et je suis parti ...

    Et puis toujours la même remarque sur le cerveau au lieu de l'esprit ...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :