• Nikolaοs Mantzaros * Νικόλαος Μάντζαρος

    Nikolaοs Mantzaros * Νικόλαος Μάντζαρος

     

    Le compositeur grec de musique classique Nikolaos Mantzaros a ouvert la Grèce à la musique occidentale.

    Nikolaοs Chalikiopoulos Mantzaros (Νικόλαος Χαλικιόπουλος Μάντζαρος et en italien Niccoló Calichiopulo Manzaro) est né en 1795 d'une famille riche de l'aristocratie de Corfou (mentionnée dans le Libro d'Oro - le livre d'or, sorte de Bottin mondain de l'époque) en Grèce ex-vénitienne (la République des Sept-Îles) et donc relativement indépendante de l'Empire ottoman installé dans le reste de la Grèce. Il apprend la musique assez jeune avec sa mère Regina et poursuit des études musicales avec des enseignants grecs et italiens dont les frères Pojago, Stefano pour le piano et Gerolamo pour le violon ; il apprend le contrepoint avec Stefano Moretti.
    Il se marie jeune en 1813 à une aristocrate, Marianna Mercadante Giustiniani (Μαριάννα Μερκαντάντε Ιουστινιάνη), avec qui il a trois filles et deux garçons. Il n'y avait pas à proprement parler d'école de musique en Grèce à cette époque (pour la musique classique), Mantzaros a eu cependant la chance d'aller à l'opéra jeune et de présenter ses premières œuvres en 1815 au théâtre San Giacomo de Corfou (Θέατρο Σαν Τζάκομο ou θέατρο του Αγίου Ιακώβου, créé en 1733).

    Il part à Naples en 1819 où il fréquente le milieu du Conservatoire Royal et rencontre des compositeurs notoires comme Gioachino Rossini, Vincenzo Bellini ou Saverio Mercadante.
    Après son retour définitif à Corfou en 1826, il enseigne. C'est lui qui fonde la première philharmonie de Corfou (Φιλαρμονική Εταιρεία Κερκύρας) en 1840. Grâce à cette entreprise, de nombreux compositeurs grecs ont été formés (comme Spyridon Xyndas, Pavlos Karrer, Francisco Domeniginis) et c'est pourquoi Nikolaos Mantzaros est considéré comme le fondateur de la première école de musique grecque, l'École ionienne (ou École Heptanèse, Επτανησιακή Σχολή). Imprégné de philosophie occidentale et touché par la situation de son pays sous le joug ottoman, il compose des œuvres pour l'indépendance de la Grèce en mettant en musique les poèmes de Dionysios Solomos. Ainsi naît l'Hymne à la liberté qui deviendra l'Hymne national grec.
    Entièrement voué au développement de l'instruction musicale, il avait enseigné gratuitement malgré ses difficultés financières. Il meurt désargenté en 1872.

    Une grande partie de son œuvre n'a pas été enregistrée et reste peu connue de nos jours, alors que lui l'était à son époque en Italie, en Angleterre et en Allemagne. En effet, il manque des partitions, certaines sont non répertoriées, non classées. On sait qu'il a écrit des chansons qui ont eu du succès au théâtre de Corfou en son temps, il a composé un opéra-comique, des Partimenti, l'«Aria Greca» (1827) et un recueil de 16 Airs grecs (1830). Il a mis en musique de nombreux poèmes dont les siens et composé des symphonies. Mantzaros a également écrit un essai d'analyse musicale.  

    Son opéra est composé en un acte, le livret est naturellement en italien, langue ad hoc du genre.
    En voici un extrait avec l'ouverture de «Don Crepusculo», représenté pour la première fois en 1815, Nikolaos Mantzaros a alors seulement 20 ans :

     

    Vidéo : ZIEHRER18431922

     Malheureusement, le chanteur n'est pas nommé
    sur la vidéo mais il s'agit probablement de Christophoros Stamboglis.
    Direction : Yorgos Petrou (George Petrou)

     

    Un autre extrait de «Don Crepusculo» avec deux airs interprétés par Christophoros Stamboglis (Χριστόφορος Σταμπόγλης dans le rôle de Don Crepusculo) :

     

    Vidéo : ear8002

    Orchestre Armonia Atenea dirigé par George Petrou 
    Γιώργος Πέτρου (Athènes, 2010)

     

    Après avoir étudié la musique à Corfou, Mantzaros se rend en 1819 à Naples et se lie au musicien de renom Nicola Antonio Zingarelli, ancien élève lui-même de Fedele Fenaroli. Zingarelli reconnaîtra ses talents en lui proposant d'enseigner à Naples, ce que Mantzaros refusa pour aller enseigner dans sa patrie, à Corfou. Les Partimenti, que l'on étudie avec le contrepoint, étaient une spécialité de Fedele Fenaroli.
    C'est à partir des Partimenti de Fenaroli que Mantzaros a recomposé ses propres Partimenti pour quartet à cordes.1 Ils seront, à l'époque de la protection anglaise sur les Sept-Îles (1856), dédiés à la reine Victoria. Ces œuvres sont considérées comme les premières du genre en Grèce et comme les premières pièces pour la musique de chambre.

     

    Partimenti pour quartet à cordes, Livre V (1851), Fugue N°1 en Sol Mineur. Prélude - Largo :

     

    Vidéo : Ionian String Quartet

     Ionian String Quartet (2011)
    Premier violon: Spyros Gikondis, second violon: Eleni Petridou,
    alto: Andreas Georgotas, violoncelle : Yannis Toulis

     

    Partimenti pour quartet à cordes, Livre V, Fugue N°1 en Sol Mineur, fugue :

     

    Vidéo : Ionian String Quartet

     

    Partimenti pour quartet à cordes, Livre V, Fugue n°3 en Ré mineur. Prélude, Largo :

     

    Vidéo : Ionian String Quartet

     

    Partimenti pour quartet à cordes, Livre VI (1856), extraits : 

     

     

    Video : GreekClassicalMusic

     

    Symphonie n°1 en La Mineur «Di Genere Orientale» («de style oriental»), extrait :
    Συμφωνία αρ. 1 σε λα ελάσσονα «η Ανατολική» (απόσπασμα) :

     

    Vidéo : Αλεχ Γαβριελ

     Orchestre symphonique national de la Radio grecque (ERT) dirigé par Andreas Pylarinos
    Εθνική Συμφωνική Ορχήστρα (Ε.Ρ.Τ.), Μαέστρος: Ανδρέας Πυλαρινός

    Vous trouverez une autre interprétation ici par l'ensemble de musique de chambre «Nikolaos Mantzaros»

     

    Symphonie n°2, par l'ensemble de musique de chambre «Nikolaos Mantzaros», extrait : 

     

    Vidéo : Nikolaos Mantzaros

     Album : Music of the Ionian school (Musiques de l'École Ionienne)

     

    Symphonie n°4 «La Tempesta e la Caccia» («La tempête et la chasse»), extrait :

     

    Vidéo : Nikolaos Mantzaros

    Album : Music of the Ionian school (Musiques de l'École Ionienne)
    par l'ensemble de musique de chambre «Nikolaos Mantzaros»

     

    Symphonie n°5, ouverture :

     

    Vidéo : Attika plucked string orchestra

    Il s'agit de l'Attika Plucked String Orchestra
    au Ve festival international d'orchestre de mandolin à Pazardjik (Bulgarie),
    le 1er Mai 2011 (Concert Hall Georgi Atanasov, Pazardjik)

     

    Un autre extrait de la Symphonie n°5 :

     

    Vidéo : Nikolaos Mantzaros  

    Album : Music of the Ionian school (Musiques de l'École Ionienne)
    par l'ensemble de musique de chambre «Nikolaos Mantzaros»

     

    Symphonie n°6 :

     

    Vidéo : Nikolaos Mantzaros

     Album : Music of the Ionian school (Musiques de l'École Ionienne)
    par l'ensemble de musique de chambre «Nikolaos Mantzaros»

     

    Ύμνος εις την Ελευθερίαν , Hymne à la liberté (1864), ici dans sa totalité (30 minutes) ...

     

    Vidéo : conmusici

    Le texte de Dionysios Solomos, ici en entier (en grec)

     

    dont on a tiré Ο Εθνικός Ύμνος της Ελλάδος, L'hymne national de la Grèce (deux minutes), ici au piano :

     

    Vidéo : DemetrAris

    et ici en fanfare et chœurs (ainsi que
    paroles et traduction française)
    .

     

    Nikolaοs Mantzaros * Νικόλαος Μάντζαρος

     Nikolaos Mantzaros

     

     En tête d'article, un tableau représentant Nikolaos Mantzaros de Pavlos Prosalendis (Παύλος Προσαλέντης)

     

    Liens / Links

    1 Notes explicatives sur la vidéo de Greek Classical Music

    Don Crepusculo, autres extraits du CD

    Biographie sur Wikipedia (en grec)

    Vidéo de 17' retraçant la vie de Mantzaros (en grec)

    Mantzaros sur ce blog : Michalis Economou, peintre impressionniste de l'Entre-deux-guerres

    > En ce qui concerne l'École ionnienne (ou Heptanèse - Επτανησιακή Σχολή), elle concerne la littérature et les arts. Sur wikipedia, vous trouverz donc plusieurs entrées :
    L'École ionienne en littérature (Dionysios Solomos, Andreas Calvos, Emmanouil Roïdis, Kostas Palamas, etc.)
    L'École ionienne en peinture (Nikolaos Doxaras, Nikolaos Koutouzis, Nikolaos Xydias Typaldos, Michalis Damaskinos...)
    L'École ionienne en musique (Nikolaos Mantzaros, Pavlos Karrer, Spyridon Xyndas, Iosif Livaralis...)

    En grec :

    tvxs : Ο Νικόλαος Μάντζαρος πέρα από τον εθνικό ύμνο

     

     

    « Christophoros Liondakis : Jardin adolescent * Κήπος εφηβικόςLa mouffette française (résultats des Européennes) * Μυρίζει σαν Βρωμοκούναβο »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :