• Georges Séféris : Le port menace ruine*Είναι παλιό το λιμάνι

    Yannis-lassithiotakis-2.jpg

     

    Le port menace ruine

    Le port menace ruine, je ne peux plus attendre
    L'ami qui est parti pour l'île aux pins,
    Ni l'ami qui est parti pour l'île aux platanes
    Ni l'ami parti pour le large.

    Je caresse les canons rouillés, je caresse les rames
    Pour que mon corps revive et se décide.
    Les voiles n'exhalent plus maintenant que l'odeur
    Du sel de l'autre tempête.

    Si j'ai voulu être seul, j'ai cherché
    La solitude, je n'ai recherché cette attente,
    Cet émiettement de l'âme à l'horizon,
    Ces couleurs, ces lignes, ce silence.

    Les étoiles de la nuit me ramènent à Ulysse
    Attendant les morts parmi les asphodèles.
    Parmi les asphodèles lorsqu'ici nous avons jeté l'ancre, nous voulions retrouver
    La combe qui dans la montagne vit Adonis blessé.

     

    Εἶναι παλιὸ τὸ λιμάνι

    Εἶναι παλιὸ τὸ λιμάνι, δὲν μπορῶ πιὰ νὰ περιμένω
    οὔτε τὸ φίλο ποὺ ἔφυγε στὸ νησὶ μὲ τὰ πεῦκα
    οὔτε τὸ φίλο ποὺ ἔφυγε στὸ νησὶ μὲ τὰ πλατάνια
    οὔτε τὸ φίλο ποὺ ἔφυγε γιὰ τ᾿ ἀνοιχτά.

    Χαϊδεύω τὰ σκουριασμένα κανόνια, χαϊδεύω τὰ κουπιὰ
    νὰ ζωντανέψει τὸ κορμί μου καὶ ν᾿ ἀποφασίσει.
    Τὰ καραβόπανα δίνουν μόνο τὴ μυρωδιὰ
    τοῦ ἁλατιοῦ τῆς ἄλλης τρικυμίας.

    Ἂν τὸ θέλησα νὰ μείνω μόνος, γύρεψα
    τὴ μοναξιά, δὲ γύρεψα μία τέτοια ἀπαντοχή,
    τὸ κομμάτιασμα τῆς ψυχῆς μου στὸν ὁρίζοντα,
    αὐτὲς τὶς γραμμές, αὐτὰ τὰ χρώματα, αὐτὴ τὴ σιγή.

    Τ᾿ ἄστρα τῆς νύχτας μὲ γυρίζουν στὴν προσδοκία
    τοῦ Ὀδυσσέα γιὰ τοὺς νεκροὺς μὲς στ᾿ ἀσφοδίλια.
    Μὲς στ᾿ ἀσφοδίλια σὰν ἀράξαμε ἐδῶ-πέρα θέλαμε νὰ βροῦμε
    τὴ λαγκαδιὰ ποὺ εἶδε τὸν Ἅδωνι λαβωμένο.

                                                                          

    Recueil « Mythologie », Traduction de Jacques Lacarrière
    et Égérie Mavraki, Mercure de France, 1963.

        

    Γιῶργος Σεφέρης (1900-1971) «Μυθιστόρημα», 1935

     

    Tableau en tête d'article de Yannis Lassithiotakis

     

    Ce poème de Georges Séféris (1900-1971) a été mis en musique par Dimos Moutsis (Δήμος Μούτσης) et interprété ici par Viky Moscholiou :

     

     

    Du même compositeur, une interprétation d'Alkistis Protopsalti (Άλκηστις Πρωτοψάλτη) et de Christos Lettonos (Χρήστος Λεττονός) -la première version de cette chanson, semble-t-il :

     

     

    Voir aussi

    Biographie et choix de textes sur le site espritsnomades.com

    Poèmes publiés sur la République des Lettres

    Biographie de Seferis sur wikipedia

     

    « La presqu'île de Gramvoussa et le lagon de BalosMichalis Siganidis, le doux Free jazz grec »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :