• Kostas Balafas (1920-2011), photographe * Κώστας Μπαλάφας

    Balafas-Kostas-Meteores--1.jpg

     

    kostas-balafas.jpg

    Le grand photographe grec Kostas Balafas (Κώστας Μπαλάφας) est célèbre pour ses photographies historiques (la Résistance grecque en Épire), et ses portraits émouvants, poétiques du peuple grec.
    Il est né en 1920 à Kypseli près d'Arta (Épire) d'une famille paysanne modeste. Encore adolescent, il rejoint la capitale où il trouve du travail dans une laiterie. Il poursuit alors des études sur le sujet dans des cours du soir jusqu'en 1936, date à laquelle il retourne dans son Épire natale pour s'inscrire aux cours de Ioannina. Après avoir obtenu son diplôme, il séjourne en Italie en 1939.
    Son Kodak Brown est l'appareil qui suscitera sa fascination pour la photographie. Mais il est devenu photographe professionnel par hasard, au moment où il était fusilier dans la Résistance grecque. La chance lui avait souri : dans les débris d'un bombardier italien, les villageois avaient trouvé des pellicules qui lui ont permis de commencer son œuvre.
      

    En 1942 il avait été arrêté à Missolonghi par les Italiens, non pas pour acte de Résistance, mais pour « imprudence » car il écoutait la BBC et en transmettait les nouvelles. Après trois mois de prison, il rejoint en 1943 le mouvement de Résistance ELAS caché dans les montagnes de l'Épire où il se lie d'amitié avec Leandros Vranoussi. Il est obligé de dissimuler son appareil : par exemple dans un sac à oignon où il a percé un trou afin de prendre la pendaison des patriotes Todolou et Faridis près du lac de Ioannina en mars 1944. Certaines de ses photographies (comme la rafle des juifs de Ioannina) ont été saisies par les Allemands.
    De 1945 à 1951 il travaille comme interprète (anglais-grec) auprès d'ingénieurs dans les infrastructures. Cela lui a permis à ce moment là d'aider des personnes victimes de la guerre civile qui a suivi la fin de la Seconde guerre mondiale en Grèce.
    Il travaille ensuite à la compagnie d'électricité grecque (DEI). C'est seulement après s'être marié qu'il se consacre entièrement à la photographie.
    Il entre bientôt à la télévision et y réalise une soixantaine de films (comme Dodonia en 1960). Il a également donné des cours à l'Académie Leica de la photographie à Athènes.
    Mort le 9 octobre 2011 à 91 ans, il laisse une œuvre riche et précieuse pour l'Histoire de la Grèce.

     

    Les Métérores

     

    Balafas-Kostas-Meteores-2.jpg

     

    Kostas Balafas (1920-2011), photographe * Κώστας Μπαλάφας

     

     

    Balafas-Kostas-Meteores-4.jpg

     

    Balafas-Kostas-Meterores-5.jpg

     

    Le mont Athos

     

    Kostas Balafas (1920-2011), photographe * Κώστας Μπαλάφας

     

    L'Épire (Nord est de la Grèce).

     

    Balafas-Kostas-Epire-1.jpg

     

    Balafas-Kostas-Epire-3.jpg

     

    La Résistance grecque en Épire, la vie pendant la guerre.

    Les photos de résistants étaient interdites, Kostas  Balafas les a donc cachées pendant 31 ans sous un plancher à Ioannina et les a exhumées en 1991 pour faire un ouvrage intitulé L'armée rebelle en Épire (Το Αντάρτικο στην Ήπειρο).
    Même s'il a fait partie de la Résistance, il a subi des réprimandes pour avoir photographié des résistants.

     

    antartiko.jpg

     

    Balafas-Kostas-------------------.png

     

    Balafas-Kostas-Epire-2.jpgLe résistant Aris Velouchiotis (à droite)

     

    Balafas-Kostas-Epire-2c.jpg

     

    balafas-resistance.jpg

     

    balafas--resistance-grecque.jpeg

     

    balafas-2.jpeg

     

    balafas-3.jpg

     

    balafas-7.jpg

     

    Balafas-Kostas-4.jpg

     

    Balafas-Kostas-2-Mere.jpg

     

    Balafas-Kostas-3-SARAKAT.jpg

     

    kostas-balafas-122.jpg

     

    balafas-k.jpg

     

    Balafas-Kostas-9--1970.jpg

     

    Balafas-Kostas-1.jpg

     

    Balafas-Kostas-6.jpg

     

    Balafas-Kostas-11.jpg

     

    balafas-6.jpg

     

    Balafas-Kostas-8.jpg

     

    balafas-1.jpg

     

    Kostas Balafas a fait don de son œuvre en 2008 au musée Benaki d'Athènes : une collection de plus de 15.000 négatifs et de 60 films datés de 1939 à 2000.

     

    Photos récupérées sur internet

    Liens / Links

    Site du photographe Kostas Balafas

    Musée Benaki (exposition de février 2011)

    Site de photographie noir et blanc (en grec)

    Un article traduit du grec en français
    Un article du site People and Ideas

     

    « Les chanteurs grecs (3)Les chanteurs grecs (2) »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    Vendredi 1er Juin 2012 à 18:43
    Dornac

    J'ai vu la belle exposition de février 2011 au musée Benaki, consacrée uniquement à la Résistance en Epire. Ensuite par internet j'en ai vu d'autres très belles aussi: il y a beaucoup de choses. Les caryatides, je les trouve extraordinaires !

    2
    Samedi 2 Juin 2012 à 05:40
    gilles benichou

    Je ne connaissais pas. Magnifique, il y a une vraie dimension tragique.

    3
    Samedi 2 Juin 2012 à 18:23
    Amartia

    J'avais vu une ou deux de ces photographies, mais n'avais pas retenu le nom de leur auteur. Merci pour ce billet très intéressant.

    4
    Samedi 2 Juin 2012 à 22:07
    Dornac

    Vous avez mis le doigt dessus : le respect. On sent tellement bien qu'il aime les Grecs ! C'est beau.
    Merci pour ces liens (il y a en effet beaucoup de sites et j'ai fait un tri assez radical).

    P.S. Je ne sais pas pourquoi les liens sont bleus tout à coup !
    Après essais : je pense qu'il vaut mieux écrire directement dans la case du commentaire sans passer par un autre logiciel (world ou autre).

    5
    Samedi 2 Juin 2012 à 22:09
    Dornac

    Ce n'est pas exhaustif du tout, il faut aller voir sur internet.
    Je suis fascinée par ces photos.

    6
    Samedi 2 Juin 2012 à 22:14
    Dornac

    Tragique mais pas sordide (même s'il a photographié des pendus). Avec la beauté de la photographie il sublime la tragédie, je trouve. La souffrance n'est plus avilissante ni sensationnelle.  C'est digne.

    7
    lizagrèce
    Jeudi 18 Avril 2013 à 09:28
    lizagrèce

    Ce sphotos sont magnifiques et sont des trésors du pmatrimoine - témoignanges de ce que fut la résistance grecque - les conditions de vie méisérable auxquelles étaient confrontées  le peuple Grec à cause de l'occuâtion qui fut terrible - avec des famines organisées et ensuite de ce que fut la guerre ciivile

    http:/maisondeliza.over-blog.fr

    8
    pascal
    Jeudi 18 Avril 2013 à 09:28
    pascal

    Je connaissais pas mal des photos courantes sur cette époque, mais pas celles de ce photographe...

    Une fois de plus, votre blog donne envie de prolonger un premier contact, et effectivement, il y a sur Internet, en faisant une simple recherche d'images avec le nom de K. Balafas quantité de photographies superbes. Celle où on voit les deux femmes en deuil est un recadrage d'une photo plus large d'une forte intensité dramatique, qui me fait beaucoup penser à la célèbre photo de la femme algérienne prise juste après le massacre de Bentalha dans les années 90.

    Belle surprise aussi , les photos d'Aris et de Sarafis à cheval dans les rues de Yannina, je n'en connaissais pas les montrant ensemble. 

    Ces photos illustrent avec force la dignité du peuple grec, même si elle témoignent souvent de ses malheurs et de sa misère, avec un très grand respect.

    Autre aspect très flagrant dans la Résistance grecque: les femmes n'y ont pas tenu un rôle logistique ou sanitaire uniquement comme c'est si souvent le cas, elles étaient aussi des combattantes, comme le montre aussi cette photo dont je ne suis pas sûr qu'elle soit de Balafas.. 

    ... et comme le rappelait également avec force en 2009 le film Ψυχή βαθιά (controversé cependant) de Pandélis Voulgaris.

    Par ailleurs, ces caryatides-là portent des bidons moins cabossés...

    9
    geraldineb
    Mardi 23 Juin 2015 à 14:42

    Bonjour,


    Ces photos sont extraordinaires. J'ai découvert le travail de ce photographe en allant dans la région des Météores, qu'il a si bien photographiée. Savez-vous où l'on pourrait acheter un tirage?


    Merci pour vos conseils…

    10
    Mardi 23 Juin 2015 à 17:37

    Si vous lisez le grec, voici une adresse avec la liste des parutions : http://www.biblionet.gr
    (vous pouvez utiliser google traduction) et ici avec la couverture des livres (je pense que l'ISBN des livres peut vous permettre de faire une commande).

    Sinon: chez le "vilain" Amazon, et le site en français ici

    Ta nisia (les îles) à 300 livres!

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :