• Une balade à Corfou (Kerkyra) * Η Κέρκυρα

    Palaiokastritsa

    Corfou est une très belle île ionienne de la Grèce.
    Je vous emmène là où les paysages baignent dans la mer...

    Avant la promenade, rappelons que l'île a une d'histoire très agitée.

    Dans l'Antiquité, c'est l'île des Phéaciens qui accueillirent Ulysse dans son ultime étape avant d'arriver à la toute proche Ithaque.
    Très exposée aux diverses invasions et surtout parce que l'île est un site stratégique, une entrée de la mer Adriatique, elle fut régulièrement attaquée ou pillée. Au Ve siècle, période des grandes invasions barbares dans l'Empire romain, les Vandales attaquèrent l'île byzantine (en 455). Elle fut ensuite pillée par les Goths et les Ostrogoths (au milieu du VIe siècle). Mais Bélisaire décida de reprendre l'Italie aux Ostrogoths, les Corcyréens (de Corcyre, ancien nom de Corfou) auraient alors participé à l'expédition au service de Justinien en 535, défendant héroïquement Rome.
    Au VIIe siècle, la flotte de Corfou aurait soutenu les empereurs byzantins Constant II (cinquante vaisseaux) puis Constantin IV contre les Sarrasins :

     

    Une balade à Corfou (Kerkyra) * Η Κέρκυρα

    Στόλος Ρωμαίων πυρπολῶν τὸν τῶν ἐναντίων στόλον (La flotte des Romains enflamme celle des ennemis -les Sarrasins)
    Le feu grégeois utilisé par Constantin IV Pogonat et la flotte de Corcyre contre les Sarrasins.
    Codex Skylitzes Matritensis, manuscrit du XIIe siècle, Madrid

    Corfou a également été envahie par les Normands de Sicile aux XIe et XIIe siècles. Elle fut ensuite reconquise par les Byzantins aidés des Vénitiens. L'île devint successivement une possession vénitienne, germanique, angevine de Naples, à nouveau vénitienne au XIVe siècle. Aidée des vénitiens, elle dut lutter contre Khayr ad-Din Barberousse qui, en 1537, fit le siège de l'île pour le compte de Soliman le magnifique, chef des Ottomans. Le Château de l'Ange (Angelokastro à Krini) résista, les Ottomans renoncèrent. Ainsi l'île devint, selon André Thevet « le rempart de la chrétienté » contre l'invasion turque musulmane. Elle resta vénitienne et résista ainsi contre d'autres tentatives turques jusqu'en 1797 quand Napoléon Bonaparte occupa les îles ioniennes (traité de Campo-Formio). Napoléon voulait défendre le commerce français du Levant et enrayer la rivalité anglaise (lettre au gouvernement du 29 Thermidor an V -16 août 1797) :  elle devint département français de Grèce. Mais en 1799, l'amiral russe Ouchakov, aidé des Turcs, prit possession de l'île, Corfou obtint alors une certaine indépendance en 1800 au sein de la République des Sept-Îles sous l'égide des Russes et des Turcs. C'est durant cette période que Kapodistrias, futur gouverneur de la Grèce indépendante, devint gouverneur des îles ioniennes (1802-1807) et donc de Corfou, son île natale.
    Lors d'une alliance entre Napoléon et Alexandre 1er en 1807 (par le traité franco-russe des traités de Tilsit), Corfou fut rendue aux Français, tout en demeurant la République des Sept-Îles mais avec plus de dépendance :  « La république des îles septinsulaires devient l’un des gouvernements qui dépendent de l'Empire français. Les habitants deviennent les sujets de l’Empereur et Roi. Ils conservent leur gouvernement ; les membres du Sénat conservent leurs fonctions. » (Emmanuel Rodocanachi, Bonaparte et les îles Ioniennes, 1899, p. 195).

     

    Une balade à Corfou (Kerkyra) * Η Κέρκυρα

    Carabinier et Sergent du Bataillon des Chasseurs d'Orient à Corfou en 1809 par Henri Boisselier in Les uniformes du Premier Empire, gardes d'honneur et troupes étrangères, par le commandant Bucquoy.

     

    En 1814, Napoléon 1er abdique. Les Anglais, qui avaient conquis les autres îles ioniennes à l'exception de Corfou (le gouverneur était alors le Français François-Xavier Donzelot), s'emparèrent de l'île par le Traité de Paris et en firent leur protectorat de 1814 à 1864 : l'île de Corfou appartint dès lors aux United States of the Ionian Islands. Le protectorat fut marqué par des tentatives d'autonomisation et par des émeutes. En 1864, Les îles ioniennes furent rendues à la Grèce du roi George 1er , né, rappelons-le, à Copenhague, Christian Guillaume Ferdinand Adolphe Georges de Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Glücksbourg-kai-ta-lipa, prince de Danemark et qui régna 50 ans en Grèce.

    En 1923, l'île fut bombardée par Mussolini, après des incidents diplomatiques concernant les négociations autour de l'Albanie et l'Italie occupa l'île du 31 août au 27 septembre 1923. L'Italie obtint une indemnité financière (50 millions de lire) exigée de la Grèce par la Société des Nations, cette dernière, à cette occasion, perdit de son prestige et de sa crédibilité. Corfou devint alors une « région frontière spécifique » de 1924 à 1961.

    Pendant la Deuxième Guerre mondiale, Corfou subit des bombardements italiens et fit l'objet de rafles de Juifs au moment de l'Occupation allemande par les nazis.

     ~~~~~~ 

     

     

    Р Voici les points que j'ai visités pendant quatre jours (je me suis ensuite enfuie à cause du tourisme de masse):

     

    Une balade à Corfou (Kerkyra) * Η Κέρκυρα

    Carte Google-earth (cliquez sur l'image pour l'agrandir)

    La ville centrale aussi est très belle (architecture italienne), nous verrons ici les paysages côtiers de l'île.

    Ð Palaiokastritsa (Nord-ouest de l'île) :

     

    Une balade à Corfou (Kerkyra) * Η Κέρκυρα

     

    Une balade à Corfou (Kerkyra) * Η Κέρκυρα

     

    Une balade à Corfou (Kerkyra) * Η Κέρκυρα

     

    Une balade à Corfou (Kerkyra) * Η Κέρκυρα

     

    Une balade à Corfou (Kerkyra) * Η Κέρκυρα

     

    Une balade à Corfou (Kerkyra) * Η Κέρκυρα

     

    Une balade à Corfou (Kerkyra) * Η Κέρκυρα

     

    Une balade à Corfou (Kerkyra) * Η Κέρκυρα

      

    Une balade à Corfou (Kerkyra) * Η Κέρκυρα

     

    Vidéo : Στέφανος Πουλημένος 
    Κερκυραϊκά δίστιχα της αγάπης
    Couplets corfiotes de l'amour

    Ð Sur la route qui longe la mer au sud-est de l'île jusqu'à Petriti, c'est un peu plus calme :

     

    Une balade à Corfou (Kerkyra) * Η Κέρκυρα

     

    Une balade à Corfou (Kerkyra) * Η Κέρκυρα

     

    C'est sur cette route que j'ai dégusté une délicieuse langouste d'une variété particulière, qu'on appelle en France « Cigale de mer » (Scyllarides latus):

     

    Une balade à Corfou (Kerkyra) * Η Κέρκυρα

     

    Une balade à Corfou (Kerkyra) * Η Κέρκυρα

    Une balade à Corfou (Kerkyra) * Η Κέρκυρα

     

    Une balade à Corfou (Kerkyra) * Η Κέρκυρα

     


    Vidéo :  Tetrafonia
    Θυμωμένος μου ήρθες απόψε
    Tu es venu en colère ce soir
    (paroles en grec ici)

     

    Ð Sidari (Nord de l'île):

     

     

    Une balade à Corfou (Kerkyra) * Η Κέρκυρα

     

    Une balade à Corfou (Kerkyra) * Η Κέρκυρα

     

    Une balade à Corfou (Kerkyra) * Η Κέρκυρα

     

    Une balade à Corfou (Kerkyra) * Η Κέρκυρα

     

    Une balade à Corfou (Kerkyra) * Η Κέρκυρα

     

    Toutes ces photos sont les miennes (sauf mention contraire)

     

    Liens / Links

    Histoire de Corfou :
        Histoire de Corfou (wikipedia)
        Napoléon Bonaparte et l'Heptanèse (info-grece.com)
        Bonaparte, Venise et les îles ioniennes : de la politique territoriale à la géopolitique (persee.fr)
        Les départements français de Grèce (wikipedia)

    Autres articles liés à l'histoire de la Grèce et à la dette grecque :
       La Grèce indépendante est née avec une dette odieuse
        Grèce : La poursuite de l’esclavage pour dette de la fin du 19e siècle à la seconde guerre mondiale

     

    « Vaso Katraki, gravures * Βάσω ΚατράκηGeorges Séféris : Rêve * Γιώργος Σεφέρης, Όνειρο »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :