• Dinos Siotis : Le voleur * Ο κλέφτης

     

     

    Ο κλέφτης

    Ήρθε ο κλέφτης μέσα στη νύχτα από εκεί
    έξω
    αλλά ήταν επιλεκτικός, δεν τα 'θελε όλα

    εγώ προσφέρθηκα να του τα δώσω όλα και

    τις πιστωτικές κάρτες και τα μετρητά
    και τα κοσμήματα της γυναίκας μου και 
    τα 4 κινητά και τα πατρογονικά κειμήλια,

    όλα δεν ήθελα να κρατήσω τίποτα εκείνος
    επέμενε ότι ήθελε μόνο μετρητά εγώ όμως
    επέμενα να τα πάρει όλα αν ήθελε

    ν' αδειάσει όλα τα δωμάτια και το γκαράζ
    ακόμα να πάρει και το αυτοκίνητο αν το είχε
    ανάγκη για τις δουλειές του του πρότεινα να

    του γράψω και το σπίτι (ήταν όμως με νοίκι)
    του έδωσα το στέρεο την τηλεόραση τον υπο-
    λογιστή ρούχα παπούτσια σκέφτηκα ότι όντως

    θα τα 'χε ανάγκη επέμενε επέμενα στο τέλος
    με τα πολλά ζόρια κάναμε έναν διακανονισμό
    που όμως μας βόλευε και τους δύο : εμείς την 

    επομένη θα μετακομίζαμε στην τρώγλη του
    στα δυτικά προάστια κι εκείνος στο κέντρο
    δοκιμαστικά για ένα χρόνο και μετά βλέπαμε

    Τήνος, 14 Αυγούστου 2009

     

    Le voleur

    Le voleur est venu pendant la nuit de là-dehors
    mais il était sélectif il ne voulait pas tout
    moi je me proposais de tout lui donner et

    les cartes de crédit et l'argent liquide
    et les bijoux de ma femme et
    les 4 portables et les reliques ancestrales

    tout je ne voulais rien garder lui
    il a insisté qu'il ne voulait que du liquide moi pourtant
    j'insistais pour qu'il prenne tout s'il voulait

    qu'il vide toutes les pièces et le garage
    et qu'il prenne même la voiture s'il en avait
    besoin pour ses affaires je lui ai proposé de

    lui léguer la maison (c'était une location cependant)
    je lui ai donné la stéréo la télévision l'ordi-
    nateur des habits des chaussures j'ai pensé que de fait

    il en aurait besoin il insistait j'insistais à la fin
    à force d'insister on a fait un arrangement
    qui cependant nous arrangeait tous les deux : nous le

    lendemain nous allions déménager dans son trou
    dans la banlieue ouest et lui dans le centre
    à l'essai pendant un an et ensuite on verrait

    Tinos, 14 août 2009

          
     

    Εκεί έξω,
    Κοινωνία των (δε)κάτων,
    Αθήνα, 2012

     

    In En-dehors, Ed. Kinonia ton (de)katon, Athènes, 2012.
    Traduction de Marie-Laure Coulmin Koutsaftis, in Ce que
    signifient les Ithaques, 20 poètes grecs contemporains,
    Biennale internationale des poètes, 2013.

     

    Tableau en tête d'article de Tassos Madzavinos : Karaghiozis effrayé par ses rêves

     

    Liens/ Links

    Biographie de Dinos Siotis (Ντίνος Σιώτης né en 1944)

    Biennale des poètes

    festival de poesia de medellin

    Dinos Siotis (facebook)

     

     

    « Alkinoos Ioannidis à Paris le 1er juinLarissa * Λάρισα »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    O Melissokomos
    Vendredi 2 Septembre 2016 à 14:21

    Votre retour me fait grand plaisir !

    Longue vie au blog Dornac !

      • Vendredi 2 Septembre 2016 à 14:54

        Merci.

        Le poème vous plaît ? Je trouve très grec cet humour.

    2
    O Melissokomos
    Vendredi 2 Septembre 2016 à 18:29

    Excellent humour : je pense à "Stances à un cambrioleur" de Brassens.

      • Samedi 3 Septembre 2016 à 16:29

        Oh oui, merci de rappeler cette chanson, il faut indiquer le lien vers youtube.

        Quelques nuances : Brassens est dans le reproche indirect, l'ironie un peu amère, tandis que le poème de Dinos Siotis me semble plus proche d'un humour par l'absurde : " je n'ai rien, prends ce qui reste c'est-à-dire rien", c'est ce que disent les Grecs à l'Europe, l'Europe (et maintenant les autres, les Chinois, les Canadiens....) qui pillent pour rembourser les banquiers irresponsables ou sautent sur l'occasion de la grande braderie.

    3
    Samedi 3 Septembre 2016 à 15:06

    Une histoire grecque ... Avec tous les ingrédients, l'absurde, l'humanité. Contente de te retrouver. Bises. 

      • Samedi 3 Septembre 2016 à 15:55

        Oui, voilà : l'absurde et l'humanité. La réponse par le "jusqu'au bout du raisonnement" qui conduit à l'absurde. Ceux qui pillent sont censés le faire parce qu'ils en ont besoin. C'est rarement le cas dans le réel.

        Bises

    4
    FANNY
    Lundi 5 Septembre 2016 à 21:54

    Salut !!!

    Contente de te lire de nouveau ici :-)

    Bises tendres

    FANNY

      • Mardi 6 Septembre 2016 à 15:30

        sarcastic merci

        Bises

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :