• Martha Frintzila * Μάρθα Φριντζήλα

    Martha-Frintzila-1.jpg

     

    Martha Frintzila sera en concert Samedi 19 janvier 2013 à Lyon, les lyonnais pourront donc savourer la vassilopita en sa compagnie, et pas nous à Paris. Je ne suis pas jalouse mais... et nous alors ? Nous, nous nous contenterons de youtube et des CD achetés à Athènes.

    Je râle par gourmandise auditive. J'ai déjà eu la chance de la voir sur scène à Ioannina il y a deux ans et demi avec à ses côtés non seulement l'accordéoniste Panayotis Tsevas mais également Haris Alexiou et son orchestre : Quel duo ! Je n'en ai rien dit parce que le souvenir était tellement agité, que je n'ai pas pu écrire. Enfin si, j'ai écrit, mais ce n'est pas publiable. C'était cataplectique, trop de choses à dire, dans le désordre : saltimbanques, étoffes vocales, féerie, dynamie, regards braisés, comme une émulsion orangée de l'arsenic par les porosités des pierres de réalgar et d'orpiment : bref, mortel !
    Je voyais Martha Frintzila et je l'entendais pour la première fois. En plus d'une forte présence sur scène, elle a une très belle voix d'alto, particulière, proche de la suavité de la clarinette, son style et son physique rappellent les femmes de foire, les chanteuses réalistes (elle a d'ailleurs chanté en duo avec Tania Tsanaklidou), son maquillage, les années 20. Comme pour Alkinoos Ioannidis, découvrir un musicien la première fois au moment d'un concert ça laisse des sillons très profonds dans le cerveau. Frintzila-Martha.jpg
    Elle chante tout. Pas d'étiquette. Elle a travaillé avec les grandes pointures de la musique grecque : Maria Farantouri, Haris Alexiou, Eleftheria Arvanitaki, Tania Tsanaklidou, Lena Platonos, Mode Plagal, Nikos Xydakis, Yorgos Dalaras, Thanassis Papaconstantinou... adoubée.

    Martha Frintzila est non seulement chanteuse, mais également actrice et metteur en scène (21 pièces dirigées dont L'affaire de la rue Lourcine d'Eugène Labiche). J'ai d'ailleurs appris que j'avais vu l'un de ses spectacles, qui m'a beaucoup ennuyé parce que je n'en ai pas compris un mot (je ne connaissais pas le grec). Je venais écouter Xydakis, c'était un hommage à Cavafis (Rue Lepsius) par le poète contemporain Dionysis Kapsalis et je ne pensais pas qu'il y aurait autant de récitatif. J'ai trouvé le jeu des acteurs trop rigide, trop conforme, je suis encore étonnée que ce soit une mise en scène de Martha Frintzila tant ça ne correspond pas à l'image qu'elle donne : son sens de l'humour tendre et poétique (à la Charlot), son hédonisme transparaissent dans son chant et sa manière d'être sur scène. Elle choisit de très belles chansons et interprète aussi magnifiquement les plus nostalgiques.

     

    * Une mise en oreille en français (et en l'algérien) avec la chanson de  Maurice Εl Medioni (paroles et musique) : Bienvenue Abiadi.

     

    Video : Bayern7
    Émission Στην υγειά μας (Stin ya mas: à la nôtre) du 04 février 2012.
     

    * Perséphone ? - Περσεφόνη ;

     

    Paroles et musique : Thanassis Papaconstantinou (Θανάσης Παπακωνσταντίνου)
    Émission Στην υγειά μας (Stin ya mas: à la nôtre) du 04 février 2012.
    La chanson se trouve dans l'album de Thanassis Papaconstantinou Διάφανος, 2006.

     

    * Το κομμωτριάκι - Le petit coiffeur (?) :

     

    Paroles et musique de Thanassis Papaconstantinou
    Concert du 12 janvier 2010 au Métro (avec Matoula Zamani).

     

    * Le vent soufflait du Nord, Φύσηξε Βοριάς :

     

    Paroles : Yorgos Kordellas (Γιώργος Κορδέλλας)
    Musique : Vangelis Fabas (Βαγγέλης Φάμπας)
    Album : Ο Γιος Του Φύλακα, 2007.

     

    * Un classique de la chanson grecque (rébétiko), Άνοιξε, άνοιξε (Ouvre, ouvre) :

     

    Paroles : Haralabos Vasiliadis (Χαράλαμπος Βασιλειάδης)
    Musique : Yannis Papaïoannou (Γιάννης Παπαϊωάννου)
    Émission Στην υγειά μας (Stin ya mas: à la nôtre) du 04 février 2012.

     

    * Οι μάγκες δεν υπάρχουν πια - Il n'y a plus de manges (lors d'un concert à Athènes avec Nikos Xydakis) :

     


    Video : Βασίλης Μπουγιώτας Paroles : Manolis Rasoulis
    Musique : Nikos Xydakis

     

    * Ο Κουτεντές (O koutédès) :

     

    Paroles: Martha Frinzila (Μάρθα Φριντζήλα)
    Musique: Vassilis Mantzoukis (Βασίλης Μαντζούκης)

     

    * Une chanson traditionnelle, Ανάθεμα τον αίτιο (Au diable la raison) lors d'un concert à Londres (15 mai 2012) avec le groupe Moo Soo Too, l'enregistrement comprend l'atmosphère bruyante du lieu :

     

     

    * Adieu (en français) :

     

    Paroles : Nicoletta Frintzila (Νικολέττα Φριντζήλα, la soeur de la chanteuse)
    Musique : Vassilis Mantzoukis (Βασίλης Μαντζούκης)

     

    * Post-scriptum, Υστερόγραφο :

     

    Paroles et musique :
    Dimitris Mitsotakis (Δημήτρης Μητσοτάκης)

     

    Links / Liens

    Site de Martha Frintzila
    Concert à Lyon (sur le site Defkalion : adresse)
    Wikipedia grec sur la chanteuse

    Sur ce blog :
            *Les sirènes existent (2)
            *Les chanteuses grecques (1)
            *
    INDEX (A à H)
            *Lena Platonos : Hypermarché (I) * Υπεραγορά (I)

        
     

    « Exarchia : le quartier étudiant d'Athènes * ΕξαρχείαKondos : Αnna, l'amazone belliqueuse * Ἡ πολεμοχαρής ἀμαζόνα Ἄννα »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    2
    Mercredi 16 Janvier 2013 à 22:24
    Dornac

    ok

     

    1
    Mercredi 16 Janvier 2013 à 18:38
    annie

    Bonjour,

    je découvre votre blog par hasard et je vous invite à venir découvrir le mien et nos vacances en voilier en Grèce

     

    http://annie-jeanpierre-a-bord-de-grenadine.com

    bonne soirée,

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :