• Alkinoos Ioannidis : Le monde qui change * O Kόσμος Που Αλλάζει

    Alkinoos Ioannidis : Le monde qui change * O Kόσμος Που Αλλάζει

     

    Ioannidis, prince musicien et poète de la chanson grecque.

     

     

                    

    Le monde qui change

     

    Grand arbre le soupir,
    grande aussi son ombre
    répand des racines dans l'âme,
    dans le corps ses branches
    Mais comme s'ouvre
    une aile d'oiseau dans l'air
    l'arbre devient fête
    et le jour bat des ailes

    Combien de fois te le dire,
    combien de fois le télégraphier ?
    Te le dire à voix basse
    ou à travers une chanson ?
    Je te le dirai à voix basse,
    comme parle le regard
    qui cache dans le silence
    tout le sang du monde

    Ce monde qui change
    Te ressemble-t-il,
    Te ressemble-t-il ?
    Ce monde qui change
    me fait peur, me fait peur

    Nous semblons perdus,
    donc, aux confins de la mort
    dans un gel constant,
    dans la terreur de l'invisible
    Mais constamment tu seras perdu,
    si tu le choisis seulement
    comme la musique choisit les paroles
    et les mots

    Ce monde qui change
    Te ressemble-t-il,
    Te ressemble-t-il ?

    Ce monde qui change
    me fait peur, me fait peur

                   

    O Kόσμος Που Αλλάζει

     

    Μεγάλο δέντρο ο στεναγμός,
    μεγάλη κι η σκιά του
    απλώνει ρίζες στην ψυχή,
    στο σώμα τα κλαδιά του
    Μα όπως ανοίγει
    ένα πουλί φτερούγα στον αέρα
    το δέντρο γίνεται γιορτή
    και φτερουγίζει η μέρα

    Πόσες φορές να σου το πω,
    πόσες να στο μηνύσω ;
    Να σου το πω ψιθυριστά
    ή να στο τραγουδήσω ;
    Θα σου το πω ψιθυριστά,
    όπως μιλάει το βλέμμα
    που κρύβει μες τη σιγαλιά
    του κόσμου όλο το αίμα

    Αυτός ο κόσμος που αλλάζει
    πως σου μοιάζει,
    πως σου μοιάζει ;
    Αυτός ο κόσμος που αλλάζει
    με τρομάζει, με τρομάζει

    Χαμένοι μοιάζουμε,
    λοιπόν, στο γύρο του θανάτου
    στην παγωνιά του οριστικού,
    στον τρόμο του αοράτου
    Μα οριστικά θα χεις χαθεί,
    μονάχα αν το διαλέξεις
    όπως διαλέγει η μουσική τα λόγια
    και τις λέξεις

    Αυτός ο κόσμος που αλλάζει
    πως σου μοιάζει,
    πως σου μοιάζει ;
    Αυτός ο κόσμος που αλλάζει
    με τρομάζει, με τρομάζει

           
      Traduction personnelle*  

    Στίχοι & Μουσική: Αλκίνοος Ιωαννίδης
    Paroles et musique d'Alkinoos Ioannidis

    * Autres propositions très bienvenues (voir commentaires)

     


    Lors du concert Ioannidis/Alexiou/Malamas au mont Lycabette en 2006  Video : Marina Ivanova

     

    à la guitare acoustique (concert août 2011):

      

    Liens / Links

    Alkinoos Ioannidis sur Wikipedia

     

    Sur ce blog :

    Concert à Epidaure, 2009
    Quelques clips du chanteur
       Interprétant les poètes :
    Constantin Cavafis : Décembre 1903
    Cavafis : Mer matinale

        Lors de mes promenades (insertion de ses chansons) :

    Sur l'Olympe
    Les gorges de Vikos
    La vallée des papillons (avec la traduction de sa chanson Mavri Petalouda -Papillon noir)
    Le retour

    « Socratis Malamas : À la Grèce * Για την ΕλλάδαThanassis Papaconstantinou : Aeriko * Αερικό »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    Vendredi 25 Novembre 2011 à 13:36
    Ibenichou

    Il a l'air très jeune!

    2
    Vendredi 25 Novembre 2011 à 13:41
    Dornac

    Pas tant que ça, il a mon âge (un an de plus) : 42 ans.

    3
    Vendredi 25 Novembre 2011 à 15:58
    Ibenichou

    Mais, ma chère, tu es très jeune !

    bises.

    4
    Vendredi 25 Novembre 2011 à 16:27
    Dornac

    Tout est relatif. Bises.

    Ioannidis semble toujours s'amuser, ça rajeunit !

    5
    Vendredi 25 Novembre 2011 à 16:46
    lizagrèce

    En même temps la peur ne sert à rien ... quand faut y aller, faut y aller !!!

    6
    Vendredi 25 Novembre 2011 à 19:29
    Dornac

    C'est exactement ce qu'il dit dans la dernière strophe (avant la reprise du refrain).

    7
    Vendredi 25 Novembre 2011 à 23:16
    Dornac

    Moi aussi je l'ai vu (deux fois). Malamas aussi (deux fois) : "Jamais deux sans trois".

    8
    Vendredi 25 Novembre 2011 à 23:18
    Dornac

    dieu !

    9
    Samedi 26 Novembre 2011 à 09:04
    Dornac

    Les Grecs en sont les héritiers directs, après tout.

    10
    FANNY
    Jeudi 18 Avril 2013 à 09:33
    FANNY

    Ioannidis est vraiment beni !!!!! J'ai eu la chance de le voir plusieurs fois sur scene et il est , toujours, merveilleux !!!!!!!!!!!!!!!!!

    FANNY.

    11
    annie servant
    Jeudi 18 Avril 2013 à 09:33
    annie servant

    Intemporel comme tous les poètes : jeune homme éternel... et les mots pour dire l'air du temps avec légèreté, gravité, beauté...

    12
    annie servant
    Jeudi 18 Avril 2013 à 09:33
    annie servant

    Au moins envoyé des dieux grecs...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :