• Cavafis : La Ville * Η Πόλις

    Nikos-Hadjikyriakos-Gkikas.jpg

     

    La Ville

    Tu as dit : « J'irai par une autre terre, j'irai par une autre mer.
    Il se trouvera bien une autre ville, meilleure que celle-ci.
    Chaque effort que je fais est condamné d'avance ;
    et mon cœur tel un mort y gît enseveli.
    Jusqu'à quand mon esprit va-t-il endurer ce marasme ?
    Où que mes yeux se tournent, où que se pose mon regard,
    je vois se profiler ici les noirs décombres de ma vie
    dont après tant d'années je n'ai fait que ruines et gâchis ».

    Tu ne trouveras pas d'autres lieux, tu ne trouveras pas d'autres mers.
    La ville te suivra partout. Tu traîneras
    dans les mêmes rues. Et tu vieilliras dans les mêmes quartiers ;
    c'est dans ces mêmes maisons que blanchiront tes cheveux.
    Toujours à cette ville tu aboutiras. Et pour ailleurs n'y compte pas
    il n'y a pour toi ni chemin ni navire.
    Pas d'autre vie : en la ruinant ici,
    dans ce perdu, tu l'as gâchée sur toute la terre.


    1910

     

    Η Πόλις

    Είπες·«Θα πάγω σ’ άλλη γη, θα πάγω σ’ άλλη θάλασσα.
    Μια πόλις άλλη θα βρεθεί καλλίτερη από αυτή.
    Κάθε προσπάθεια μου μια καταδίκη είναι γραφτή·
    κ’ είν’ η καρδιά μου — σαν νεκρός — θαμένη.
    Ο νους μου ως πότε μες στον μαρασμόν αυτόν θα μένει.
    Όπου το μάτι μου γυρίσω, όπου κι αν δω
    ερείπια μαύρα της ζωής μου βλέπω εδώ,
    που τόσα χρόνια πέρασα και ρήμαξα και χάλασα.»

    Καινούριους τόπους δεν θα βρεις, δεν θάβρεις άλλες θάλασσες.
    Η πόλις θα σε ακολουθεί. Στους δρόμους θα γυρνάς
    τους ίδιους. Και στες γειτονιές τες ίδιες θα γερνάς·
    και μες στα ίδια σπίτια αυτά θ’ ασπρίζεις.
    Πάντα στην πόλι αυτή θα φθάνεις. Για τα αλλού — μη ελπίζεις—
    δεν έχει πλοίο για σε, δεν έχει οδό.
    Έτσι που τη ζωή σου ρήμαξες εδώ
    στην κώχη τούτη την μικρή, σ’ όλην την γη την χάλασες. 

     1910

                                  

    C. Cavafis traduit par  Dominique Grandmont,
    in En attendant les barbares et autres poèmes, Gallimard, 2008, p.53.

      

    Κ.Π. Καβάφης, 1910

     

     

    Deux comédiens lisent le poème:

    Elli Lambeti

      Dimitris Horn
     

     

    Différents musiciens l'ont mis en musique. 

    ► Lena Platonos, Yannis Palamidas le chante :

     

    Video : pen kour

     

    Athanassios Simoglou, chanté par Sonia Theodoridou :

     


    Video : Theodoros Orfanidis

     

    Alexandros Karozas, Yorgos Dalaras l'interprète :

     

    Video : Jannis Tsakalis

     

    Christos Lettonos, la chanson est interprétée par Alkistis Protopsalti :

     

     

    Tableau en tête d'article de Nikos Hadjikyriakos Gkikas (Νίκος Χατζηκυριάκος-Γκίκας)

     

    Liens / Links : 
    Cavafis' website
    Biographie de l'auteur
    Constantin Cavafy (wikipedia)
    English wikipedia
    Traduction anglaise du poème

    Quelques poèmes de Cavafis sur ce blog   

    Omada Cavafis (Club culturel d'Ano Syro)

    The Kavafis Project

     1 Une Quinzaine en Enfer dornac

    « Yannis Kounellis * Γιάννης ΚουνέλληςThéâtre : Late Night et El pasado es un animal grotesco »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :