• Georges Séféris : Hélène * Eleni Ελένη

    Yannis-Adamakos-ss-titre-1982.jpg

     

    Hélène 

     (…)
    J'ai passé ma vie à entendre des noms inconnus :

    Pays nouveaux, nouvelles folies des dieux
    Ou des hommes ;

    mon destin qui ondoie
    Entre l'épée ultime d'un Ajax
    et une autre Salamine
    M'a conduit jusqu'ici, sur cette rive.

    (...)

     

    Ελένη

    (…)
    Έζησα τη ζωή μου ακούγοντας ονόματα πρωτάκουστα.
    Καινούργιους τόπους, καινούργιες τρέλες των ανθρώπων ή των θεών.

    Η μοίρα μου που κυματίζει
    ανάμεσα στο στερνό σπαθί ενός Αίαντα
    και μιαν άλλη Σαλαμίνα,
    μ' έφερε εδώ σ' αυτό το γυρογιάλι.

    (...)

    [dit par Alexis Kostalas]

    Une grande douleur s'est abattue sur la Grèce.
    Tant de corps jetés
    Dans les mâchoires de la mer, dans les mâchoires de la terre ;
    Tant d'âmes
    Livrées aux meules comme du blé.
    Et les fleuves montaient pleins d'une boue sanglante
    Pour un frémissement de lin, une nuée,
    Un vol de papillon, pour un duvet de cygne,
    Pour une tunique vide, pour une Hélène. 
    Et mon frère ?

    Rossignol, rossignol, rossignol,
    Qu'est-ce que le dieu ? Le dieu, que n'est-il pas ?
    Et dans l'intervalle, que peut-il être ? (…)

     

    [Απαγγελλει ο Αλέξης Κωστάλας] 

    Μεγάλος πόνος είχε πέσει στην Ελλάδα.
    Τόσα κορμιά ριγμένα
    στα σαγόνια της θάλασσας, στα σαγόνια της γης.
    Τόσες ψυχές
    δοσμένες στις μυλόπετρες, σαν το σιτάρι.
    Κι οι ποταμοί φουσκώναν μες στη λάσπη το αίμα
    για ένα λινό κυμάτισμα, για μια νεφέλη,
    μιας πεταλούδας τίναγμα, το πούπουλο ενός κύκνου,
    για ένα πουκάμισο αδειανό, για μιαν Ελένη.
    Κι ο αδερφός μου;

    Αηδόνι αηδόνι αηδόνι,
    τ' είναι θεός; τι μη θεός;
    και τι τ' ανάμεσό τους; (…)

                                                      
    Traduction de Jacques Lacarrière  et Égérie Mavraki,  in La Grive, Mercure de France, 1963.    

    Tableau de Yannis Adamakos

     

    Il s'agit d'un extrait du poème, celui qui a été mis en musique par Ilias Andriopoulos (Ηλίας Ανδριόπουλος).

    La chanson est chantée ici par Manolis Mitsias, le récitant est Alexis Kostalas (Αλέξης Κωστάλας) dans un spectacle en hommage au musicien (Site d'Olympie, 27 juillet 2008, chaîne ERT1):

     

     

    Le poème lu par son auteur, Georges Séféris :

     

     

     

    Liens / Links

    Biographie et choix de textes sur le site espritsnomades.com

    Poèmes publiés sur la République des Lettres

    Biographie de Seferis sur wikipedia

     

    « Jean-Luc Mélenchon soutient les GrecsLe New York Rock & Roll Ensemble et Manos Hadjidakis »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    Lundi 23 Avril 2012 à 15:22
    Dornac

    Moui. Je ne comprends pas : quand j'ai mal je ne m'amuse pas à punir les autres. Le Pen c'est une punition débile et inefficace : elle ne gêne pas les escrocs.

    2
    Lundi 23 Avril 2012 à 19:38
    Dornac

    L'ambiance est déjà délétaire sur beaucoup de lieux de travail. On n'a pas attendu les Grecs pour se suicider au boulot ni se comporter comme des collabos.

    Apparemment, c'est naturel chez les Français.

    Je vais voir ton article sur Elytis. A bientôt.

    3
    Lundi 23 Avril 2012 à 19:39
    Dornac

    Oui. Je suis d'accord. Bien enraciné.

    4
    lizagrèce
    Jeudi 18 Avril 2013 à 09:30
    lizagrèce

    -"Une grande douleur s'est abattue sur la France ..."

    18 %  ...

    http://maisondeliza.over-blog.fr

    5
    lizagrèce
    Jeudi 18 Avril 2013 à 09:30
    lizagrèce

    Hélas je crois que c'est plus profond que ça !

    6
    oulipia
    Jeudi 18 Avril 2013 à 09:30

    "LA" Pen "fait" même 30% auprès des ouvriers... Qu'est-ce que ça va être, quand la Phynance va s'abattre sur la France, prochain plat prévu au menu des vautours après l'Espagne !!!

    A part ça, coïncidence ou rencontre, j'ai mis en ligne en même temps que toi une autre Ελένη, la chanson d'Elytis - mais ça ne parle pas de la Grèce, pour cette fois...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :