• Maria Polydouri : Paris * Παρίσι

    Maria Polydouri : Paris * Παρίσι

    Maria Polidoury a vécu quelques temps à Paris, dans la pauvreté...

     

    Paris

    Le temps était venu de dissiper
    mes rêves en ton sombre matin
    et de te quitter, emportant avec moi
    la joie triste de t'avoir aimé.

    La Méditerranée, enjôleuse sirène
    qui bat les flots autour de notre bateau,
    et tous ses lys immaculés d'écume
    n'ont plus lors qu'un seul but : m'emmener loin de toi.

    Et lorsque nous arriverons là-bas,
    la lumière impérieuse viendra m'ouvrir
    les yeux au jour de triple azur
    et noyer en moi ton souvenir.

    Et puis ses îles se lanceront à l'assaut.
    Athènes aussi ne tardera pas, je le sais.
    Elle se dresseront pour combattre en moi
    Paris, l'amour du péché !

    Et elles voudront que j'oublie comme
    mon âme s'est aussitôt livrée à toi
    lorsque, sans besoin de rencontre,
    j'errais par les rues, toute seule.

    Mais partout je liais aisément amitié ;
    comme s'ils me connaissaient, me souriaient
    partout les maisons, les parcs, les églises
    et quand je repassais, ils me parlaient.

    Et l'on voudra que j'oublie comme
    tu m'as offert une nouvelle jeunesse,
    comme j'ai rencontré mon destin aussi
    en errant dans tes rues, Paris !

       

    Παρίσι

    Παρίσι, ήταν καιρός τα ονείρατά μου
    στο σκοτεινό πρωί σου να σκορπίσω
    και να σ’αφήσω παίρνοντας κοντά μου
    τη θλιβερή χαρά να σ’ αγαπήσω.

    Τώρα η Μεσόγειος λυγερή σειρήνα
    που στο πλοίο μας γύρω αφροκοπάει
    κι όλα του αφρού της τα κάτασπρα κρίνα
    ένας σκοπός : μακριά σου να με πάει.

    Κι ύστερα σα σιμώσουμε κει πέρα,
    θα ’ρθεί προσταχτικό το φως ν’ ανοίξει
    τα μάτια μου στην τρισγαλάζια μέρα
    και την ενθύμησή σου να μου πνίξει.

    Κι ύστερα τα νησιά της θα χιμήσουν.
    Κι η Αθήνα, ξέρω, δε θ’ αργοπορήσει.
    Θε να στηθούνε να μου πολεμήσουν
    της αμαρτίας τον έρωτα, Παρίσι!

    Και θα θελήσουν να ξεχάσω πόσο
    σου δόθηκεν αμέσως η ψυχή μου.
    Καθώς χωρίς την έγνοια ν’ ανταμώσω
    γύριζα μες στους δρόμους μοναχή μου.

    Όμως παντού έπιανα εύκολες φιλίες
    γιατί σα να με ξέραν μου γελούσαν
    παντού, σπίτια και πάρκα κι εκκλησιές
    κι όταν ξαναπερνούσα μου μιλούσαν.

    Και θα θελήσουν να ξεχάσω, πόση
    καινούρια νιότη συ μου ’χες χαρίσει,
    πως τη μοίρα μου ακόμα έχω ανταμώσει
    γυρίζοντας στους δρόμους σου, Παρίσι.

          
     

    Traduction de Michèle Justrabo, in Telles des
    guitares désaccordées
    , édition Bruno Doucet
    (édition bilingue), mai 2016 (p.30)

     

    (l'orthographe Katharevoussa n'a pas été
    respectée ici)

     

    Tableau en tête d'article d'Anna-Maria Tsakali : Le parc de la rue Rouvet
    Αννα-Μαρία Τσακάλη : Το πάρκο της rue Rouvet

     

     

    Maria Polydouri : Paris *

    Yannis Tsarouchis : Place Vendôme

     

    Links / liens

    Maria Polydouri (1902-1930) (english Wikipedia)

    Elle fut l'amante du poète Kostas Karyotakis.

    Sur ce blog :
    Maria Polydouri : Je ne chanterais pas si tu ne m'avais pas aimé

    Sur le blog d'Oulipa, plusieurs poèmes de Maria Polydouri traduits.


    « Quelques îles dans la peinture grecque contemporaine (5)Les Troyennes de Michalis Cacoyannis (1971) * The Trojan Women »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 2 Mai à 11:06

    Coucou ! 

    merci pour ce billet, je ne connaissais pas ce poème... et cette traduction m'a donné envie d'essayer à mon tour - en vers, pour tenter de donner un vague écho de la forme de l'original. Ca se trouve ici.

      • Mercredi 2 Mai à 22:00

        Merci Oulipia (tu as vu que j'ai mis des liens vers ton site pour les traductions des autres poèmes?).

    2
    Mercredi 2 Mai à 18:44

    Je croyais avoir commenté - et j'ai dû faire une fausse manoeuvre !!frown

    Merci pour ce poème  que je ne connaissais pas. ça  m'a donné envie de tenter de le traduire en vers..(voir blog)

      • Mercredi 2 Mai à 22:00

        C'est bon, tout va bien (voir ci-dessus).

         

        ... je viens de cliquer sur ton lien et ça ne marche pas ! frown

    3
    Jeudi 3 Mai à 07:23

    arf la technologie... le lien vers la traduction en version versifiée, ce serait donc plutôt ceci ?

      • Jeudi 3 Mai à 20:16

        Ça marche ! Merci Oulipia !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :