• Tsitsanis : Ingrate * Αχάριστη (rébètiko)

    bost-rebetiko.jpg

     

    Ingrate

    Tu n'as pas demandé de nouvelles pendant tout ce temps
    que j'ai passé, expatrié à l'étranger, insensée
    je t'ai aimée, je suis tombé dans le malheur, pour toi
    et je me traîne, scélérate, au loin.

    Les épreuves m'ont envoyé à l'étranger
    et ont fait de moi un condamné de la vie.
    Ingrate, tu n'as pas souffert pour moi
    et cela je le trouve injuste.

    On m'a dit que tu vis heureuse.
    Folle à lier, tu nages dans la richesse.
    Mais une malédiction toujours va te frapper :
    la douleur du cœur de celui que tu as trahi.

     

    Αχάριστη

    Δε ρώτησες τόσον καιρό για μένα
    πώς πέρασα, τρελή, στην ξενιτιά
    σ' αγάπησα, δυστύχησα για σένα
    και σέρνομαι, κακούργα, μακριά

    Τα βάσανά μου μ' έριξαν στα ξένα
    και μ' έχουν της ζωής κατάδικο
    αχάριστη, δεν πόνεσες για μένα
    κι αυτό το βρίσκω να 'ναι άδικο

    Μου είπανε πως ζεις ευτυχισμένη
    θεότρελη, στα πλούτη κολυμπάς
    μα μια κατάρα πάντα θα σε δέρνει
    του προδομένου ο πόνος της καρδιάς.

         
    Traduction de Catherine Fakiris
    dans l'ouvrage d'Eleni Cohen, Rébètiko, un chant grec,
    éditions Christian Pirot, 2008
      Βασίλης Τσιτσάνης, 1942
    Vasilis Tsitsanis, 1942

     

    Vassilis Tsitsanis (1915-1984) est un grand compositeur de Rébètiko, bouzoukiste et chanteur, qui a écrit plus de 500 chansons. Il est né à Trikala (Météores) et s'est installé à Thessalonique en 1936. C'est dans cette ville qu'il a écrit et composé cette chanson en 1942. C'est un Hassapiko.

     

    ♫ Vassilis Tsitsanis aux côtés de Ioanna Gheorgakopoulou (1947) :

     

     

    ♫ Vassilis Tsitsanis en concert à Heraklion (1983) :

     

     

    Par le groupe Café Aman :

     

     

    ♫ Vassilis Papaconstantinou et Thanos Mikroutsikos (au piano et choeur) à 2'46 :

     

     

    Yorgos Dalaras, Haris Alexiou (chant) et Christos Nikolopoulos (bouzouki) en 1984:

     

     

    Yannis Parios, Haris Alexiou, Dimitra Galani :

     


    Dimitra Galani (accompagnée par Thanos Mikroutsikos au piano) en 1990 :

     

     

    Tania Tsanaklidou :

     

     

    Illustration en tête d'article de Bost

    Vassilis-tsitsanis1.jpg Vassilis Tsitsanis
    (photo internet)
     

    Liens/Links

    Site officiel de Vassilis Tsitsanis

    Biographie de Tsitsanis sur Wikipedia (France)
    Tsitsanis dans la jungle (sur ce blog)
    Blog d'Eleni Cohen
    Blog de Nicolas Syros (du rébètiko en France)

     

     

     

     

     

     

     

    « Le Magne (1) AréopolisMiltos Sachtouris : Le bal * Ο χορός »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 19 Novembre 2012 à 21:20
    Amartia

    Chanson si belle et qui malheureusement risque de revenir d'actualité .... !

    2
    Lundi 19 Novembre 2012 à 22:03
    Dornac

    Oui, en effet, j'ai souvent entendu les Grecs dire : "ils peuvent tout nous voler, ils ne nous voleront pas notre soleil".
    Mais si on oblige leurs enfants à partir...

    Après tout, on l'a fait en France, c'est bien le jeu bobo de racheter les endroits typiques, de les rénover et donc de chasser la population locale par le biais de l'augmentation des prix (commerces locaux ruinés, loyers trop chers, etc.). Ca a même un nom : c'est la gentryfication.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :