• Vassilikos: En buvant de l'ouzo Sans rival*Πίνοντας ούζο Σαν Ριβάλ

    Chronis-Botsoglou--.Yorgos-Savvidis.jpg

    Même l'ouzo a fait l'objet d'un poème. C'est Vassilis Vassilikos, l'auteur de « Z » (dont Costa Gavras s'inspirera pour son film du même nom), qui s'en est servi ici comme d'une madeleine de Proust, et bien sûr, l'Histoire parle aussi :  

     

    En buvant de l'ouzo « Sans rival »

    En buvant de l'ouzo « Sans rival »,
    je me suis rappelé
    de très anciens villages,
    des phrases inachevées
    faites d'olives, de pastourna,
    et d'un peu de fromage de Kyntho.
    L'odeur du rez-de-chaussée,
    et la clef des cabinets
    toujours dans les mains du propriétaire.

    Stratos, Procope, Kostis,
    et Vaghia, originaire de Kozani,
    qui tant voulait, dans la capitale,
    devenir metteur en scène. Tous mes amis
    qui ne peuvent boire
    et les autres qui boivent désormais sans moi.

    Je me suis rappelé tout cela,
    comme un poème de Kavafis en traduction,
    quand tu n'as pas l'original, quand,
    ne pouvant plus résister
    à l'embrasement de la mémoire,
    tu mets beaucoup d'eau, tu mets de la glace,
    et tu bois alors un liquide
    blanc, doux et nostalgique.

                    

    Πίνοντας ούζο « Σαν Ριβάλ »

    Πίνοντας ούζο Σαν Ριβάλ
    θυμήθηκα
    αρχαία χωράφια
    φράσεις μισοτελειωμένες
    από ελιές και παστουρμά
    με λίγο τυρί απ΄την Κύνθο
    τη μυρωδιά μες στο υπόγειο
    και το κλειδί του καμπινέ
    στα χέρια πάντα του ιδιοκτήτη

    Τον Στράτο, τον Προκόπη, τον Κωστή
    τον Βάγια απ΄ την Κοζάνη
    που ήθελε στην πρωτεύουσα
    να γίνει σκηνοθέτης
    τους φίλους μου που δεν μπορούν να πιούν,
    κι άλλους που πίνουν τώρα δίχως εμένα

    Και τα θυμήθηκα όλα αυτά
    σαν ένα ποίημα του Καβάφη σε μετάφραση
    όταν σου λείπει το πρωτότυπο
    όταν, μη μπορώντας ν’ αντέξεις
    άλλο την αψάδα της μνήμης,
    βάζεις πολύ νερό, βάζεις και πάγο,
    και πίνεις πιά ένα υγρό,
    άσπρο, νοσταλγικό και πράο.

         

    Traduction de Dominique Grandmont
    in 37 poètes grecs de l'Indépendance à nos jours,
    P.J. Oswald, 1972.

       

    Tableau en tête d'article de Chronis Botsoglou : Yorgos Savvidis, 1969
                                                Χρόνης  Μπότσογλου · Γιώργος Σαββίδης, 1969

     

    Ouzo Sans Rival ouzo sans rival 2

     

    Liens / Links

    Vassilis Vassilikos

     

    « Petit hommage au GrecoChaplin et les anges de La Bruja Muerta * Χαμένος Δρόμος »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    Samedi 23 Mars 2013 à 15:02
    lizathenes

    C'est fou ce dont on se souvient avec le ouzo ... Parfois aussi on ne souvient plus de rien mais c'est une autre histoire !

    2
    Samedi 23 Mars 2013 à 21:14
    Dornac

    Ah aha... c'est exactement ce que j'ai pensé en lisant ce poème !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :