• Yannis Ritsos: Le cirque fermé

    Τάσος Μαντζαβίνος2

     

     

     

    Le premier mois, ils interdirent la circulation et les spectacles. Aucun bateau ne parut.
    Le cirque fermé, bien sûr, en souffrait plus que nous tous. Un jour,
    les deux petits clowns sortirent, dans des habits encore plus larges, tout en losanges,
    en losanges multicolores, avec leur nez enfariné et des larmes maquillées;
    ils donnaient leur spectacle en pleine rue, et ramassaient la monnaie dans le tambourin;
    pourtant personne ne riait. C'est alors qu'eux pleuraient vraiment,
    et ils effaçaient leurs larmes maquillées, en se barbouillant le visage.

                                                                                            Un soir,
    ils furent arrêtés et, les mains liées, emmenés au grand bâtiment.

                                                                                            Le jour suivant,
    à notre réveil, il y avait des nuages ; sur la place, manquaient les tentes, les cages, les roulottes.
    Un enfant trouva seulement une fausse barbe trempée sous les arbres.
    Et s'en couvrit, en hésitant. " Je vais la garder pour le Père Noël", dit-il.

     
              Samos, 06.02.69
    Grilles

    Traduit du grec par Pascal Neveu, in Pierres, Répétitions, Grilles, Ypsilon éditeur, 2009
    .

    Yannis Ritsos a écrit ce poème après avoir été emprisonné puis mis sous résidence surveillée à Samos (dictature des colonels en Grèce de 1967 à 1974).

     

    Tableau en tête d'article : Τάσος Μαντζαβίνος (Tassos Madzavinos également orthographié Tasos Matzavinos).

    Liens/Links

    Autres poèmes de Yannis Ritsos sur ce blog :

           Yannis Ritsos : poèmes
           Epitaphe * Un jour de mai, tu m'as quitté
           Και να, αδελφέ μου * Et voilà, mon frère
           Erotika (extraits)


    Biographie (Guy Wagner sur le site de M. Theodorakis)
    http://www.ypsilonediteur.com
    Biographie sur projethomere.com

    http://www.aujourdhui-poeme.fr
    Un article sur mediapart

    « Lara Fabian chez les Grecs (2) * Μη τον ρωτάς τον ουρανό17 novembre 1973 : révolte étudiante contre la dictature * Πολυτεχνείο »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    Mercredi 17 Novembre 2010 à 07:11
    Grèce à l'Ouest

    Très forte alliance que ce poême et le tableau. Les textes de ce recueil sont d'autant plus forts qu'ils n' "expliquent" rien : une situation, au lecteur de tisser le "sous-texte".

     

    2
    Mercredi 17 Novembre 2010 à 20:18
    Dornac

    Le style du peintre m'a quasiment obligée à le publier avec ce poème. Après, j'ai eu la chance de trouver le tableau le plus proche, selon moi, du texte. Ca me fait plaisir que tu sois d'accord avec ce choix.
    La connaissance du contexte de l'oeuvre est indispensable pour ressentir toute la force des poèmes de ce recueil (et aide au "tissage" du lecteur, pour reprendre ton expression).

    3
    Jeudi 25 Novembre 2010 à 22:06
    lizagrèce

    Je connais ce texte qui est fort triste et qui résonne comme un témoignage douloureux

    4
    Vendredi 26 Novembre 2010 à 14:44
    Dornac

    L'injustice et la mort. Les enfants grandissant trop vite veulent consoler leurs parents... c'est très lourd.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :