• Constantin Cavafis : Autant que possible * Όσο μπορείς

    KOSTAS-Dios-sea-landscape-21.jpg

     

    Autant que possible 

    Et si tu ne peux pas mener la vie
    que tu veux,

    essaie au moins de faire en sorte, autant
    que possible : de ne pas la gâcher
    dans trop de rapports mondains,
    dans trop d'agitation et de discours.

    Ne la galvaude pas en l'engageant à tout propos,
    en la traînant partout et en l'exposant
    à l'inanité quotidienne
    des relations et des fréquentations,
    jusqu'à en faire une étrangère importune.

    1913

     

    Όσο μπορείς

    Κι αν δεν μπορείς να κάμεις την ζωή σου όπως
    την θέλεις,

    τούτο προσπάθησε τουλάχιστον
    όσο μπορείς: μην την εξευτελίζεις
    μες στην πολλή συνάφεια του κόσμου,
    μες στες πολλές κινήσεις κι ομιλίες.

    Μην την εξευτελίζεις πηαίνοντάς την,
    γυρίζοντας συχνά κ' εκθέτοντάς την
    στων σχέσεων και των συναναστροφών
    την καθημερινήν ανοησία,
    ως που να γίνει σα μια ξένη φορτική.

    1913

     

                                                                                
    Traduction de Dominique Grandmont, En attendant les barbares et autres poèmes, Gallimard, 2008.   Κ.Π. Καβάφης, texte original.

     

    As much as you can

    And if you can’t shape your life the way you want,
    at least try as much as you can
    not to degrade it
    by too much contact with the world,
    by too much activity and talk.
     
    Try not to degrade it by dragging it along,
    taking it around and exposing it so often
    to the daily silliness
    of social events and parties,
    until it comes to seem a boring hanger-on.

     

    (1913)

     

    Translated by Edmund Keeley/Philip Sherrard

            

    Stéphanos Stratigos (o Στέφανος Στρατηγός) lit le poème:

     

     

    Une musique et une interprétation de Photis Ionatos -chanson n°11- (merci à Pascal qui me l'a fait découvrir):

     

     

    Sur une musique d'Athanassios Simoglou, la voix de Sonia Theodoridou :

     


    Video : Theodoros Orfanidis
    Direction d'orchestre

     

    Tableau en tête d'article : Κωστας Ντιος, Θαλασσογραφία.
                                          Costa Dios, Paysage marin.

     

    Liens / Links :
    Cavafis' website
    Biographie de l'auteur
    Constantin Cavafy (wikipedia)
    English wikipedia
    Cavafiscompupress.com (site en hommage à l'auteur avec de nombreux poèmes en Grec et traduits en Anglais)

    Quelques poèmes de Cavafis sur ce blog   


          

    L'album du groupe Επόμενη Κίνηση -Epomeni Kinisi

    « Rap grec : Terror X-Crew (TXC)Maria Polydouri : Je ne chanterais pas si tu ne m'avais pas aimée »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 8 Novembre 2010 à 23:35
    lizagrèce

    Je ne connaissais pas ce texte de Cavafy et je trouve qu'il ne lui correpond pas ... Ou bien il ne correspond pas à l'idée que je me fais ce cet écrivain ...

    2
    Mardi 9 Novembre 2010 à 17:49
    Dornac

    Cavafis c'est le petit employé modèle qui se libère le soir dans les quartiers mal famés d'Alexandrie. A cause de cela (mais je me trompe peut-être), je trouve logique qu'il ne supporte pas les mondanités. C'est un homme de terrain (je dis ça en riant).

    Qu'est-ce qui te fait tiquer?

    3
    Jeudi 11 Novembre 2010 à 08:11
    Grèce à l'Ouest

    On retrouve dans ce poème de K son côté "sagesse antique" : d'effort sur soi, d'ascèse, de recentrage sur l'essentiel, à la façon Epicure et  Marc-Aurèle. Me semble-t-il. En reva,che, je suis un peu "déboussolée" par l'interprétation que tu proposes : il faudra que je réécoute pour l'apprécier.

    4
    Jeudi 11 Novembre 2010 à 10:43
    Dornac

    A vrai dire, je n'en ai pas trouvé d'autres.
    En tout cas dans cette musique, il y a un parti pris clair : celui de l'ivresse, du délire. Est-ce que c'est cette opposition qui te déboussole?

    5
    Mardi 23 Novembre 2010 à 22:59
    lizagrèce

    Justement je pense que Cavafy ne menait pas la vie qu'il désirait.

    6
    Mercredi 24 Novembre 2010 à 16:24
    Dornac

    Sans doute qu'il se parle aussi à lui-même? Je pense que ça double vie (aussi) le conduisait à une philosophie de l'existence débarrassée des mondanités.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :