• Frère de Brassens, de Lapointe : Manolis Rasoulis*Μανώλης Ρασούλης

    ManolisRasoulis.jpg

     

    Manolis Rasoulis a écrit, les musiciens l'ont pris dans leurs bagages, mais il s'est éteint il y a quelques jours, entre le 5 et le 13 mars dernier. Les Grecs ont perdu un grand de la chanson.
    Ce matin du 13 mars 2011 on a découvert son corps, et les dates de sa mort varient : c'était le 5, c'était le 9, c'était le 12... bah... c'était début mars, presque au printemps. Pour les solitaires, la date ne compte plus. Il est mort à Thessalonique où il vivait. Seul apparemment.

    Il a écrit de si belles chansons !

    J'ai eu un peu mal (j'ai appris sa mort le 20), même si je connais Manolis Rasoulis depuis peu. Je reconnaissais en lui quelque chose de Brassens, quelque chose de Boby Lapointe, d'où le titre de mon blog : c'est le titre de l'une de ses chansons (Αχ Ελλάδα σ' αγαπώ).

     


    Sur son site, il donnait l'image d'un aquoibonniste à la philosophie tranquille.

    Avec Manos Loïzos pour la composition musicale, il a écrit parmi les plus belles chansons du répertoire grec, souvent très sentimentales...


    Comme l'une des chansons-fétiches de Haris Alexiou,
    Όλα σε θυμίζουν (Tout me rappelle à ton souvenir):

             
    Une autre invite à garder la tête haute malgré l'adversité, Tipota den paei xameno (Rien n'est jamais perdu): 
     
    Video :feishtica   Haris Alexiou et Nikos Portokaloglou,
    concert 2007 à Athènes (théâtre Herode Atticus)
     
    Voir aussi :
    Un article en grec sur le blog d'artemis
     
     
    « Nuages, je vous toise...Odysseas Elytis : Le Soleil * Ο Ήλιος (Όμορφη και παράξενη πατρίδα) »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    10
    Pascal
    Jeudi 18 Avril 2013 à 09:40
    Pascal

    Sale nouvelle... Je ne savais pas . Tout le contraire d'un esprit étroit, lui qui avait associé son prénom d'Emmanuel, qui est après tout une autre dénomination du juif Jésus à un nom de scène inspiré de l'Islam (Rassoul, le prophète) et qui s'était aussi trouvé un autre surnom lié à l'hindouisme. J'aimais bien son côté pas frimeur, même s'il tenait à son allure de vieux bohème. Un peu gauche , emprunté  quand il se produisait (la référence à Brassens est assez juste sur ce point). Un homme courageux, engagé, pas du tout enclin aux compromissions. 

    Une autre occasion de le revoir, aux côtés de Sophia Papazoglou, dans une chanson un peu amère sur la disparition d'une époque... Οι μάγκες δεν υπάρχουν πια

     

    9
    Pascal
    Jeudi 18 Avril 2013 à 09:40
    Pascal

    Je ne sais pas d'où je tiens que Rassoulis n'est pas son vrai nom... J'ai du l'inventer, ou alors ça ne fait pas assez crétois à mon goût. 

    Τίποτα δεν πάει χαμένο parle des vies broyées par la répression de tout ce qui ne pensait pas droit, elle me fait un peu penser au livre d' Aris Fakinos "La vie volée"

    Cette chanson-là aussi parle de manifestations et de destins bouleversés...Μες στο πλήθος

    Dites, chère hôtesse, cela ne vous embête pas qu'on vienne à ce point abuser de votre φιλοξενία ? On s'invite, on fait du bruit, on est un peu envahissant...


     

    8
    Dimanche 27 Mars 2011 à 18:40
    Dornac

    Παρακαλώ ! J'ajouterai des choses quand j'aurai le temps de faire des recherches.

    7
    Vendredi 25 Mars 2011 à 16:23
    Grèce à l'Ouest

    Je ne connaissais peu ... merci de me le faire découvrir, même si c'est tardivement ...

    6
    Jeudi 24 Mars 2011 à 17:17
    Dornac

    Continuez de faire du bruit, je n'entends rien.

    P.S: Ce serait ridicule de ma part, qui ne connais pas très bien Manolis Rasoulis, de m'étendre en informations copiées/collées. Les ajouts extérieurs d'informations sont donc toujours bienvenus.

    5
    Jeudi 24 Mars 2011 à 17:13
    Dornac

    Je pense qu'on en trouvera petit à petit sur youtube.

    4
    Jeudi 24 Mars 2011 à 17:05
    Dornac

    Merci beaucoup pour cette version que je ne connaissais pas, j'adore cette chanson. Je l'ai découverte cet été au concert de Haris Alexiou et de Martha Frintzilla.

    3
    Jeudi 24 Mars 2011 à 16:45
    Dornac

    Oui, évidemment, ce n'était pas non plus ce que je voulais dire (je pensais plutôt à la chanson suivante "ola se thimizoun"). Je vais modifier.

    Il y a eu un bug, le post n'était pas censé être terminé... tant pis.

    Je voulais mettre la traduction de "tipota den paei xameno". Ca viendra plus tard.

    2
    Jeudi 24 Mars 2011 à 00:06
    oulipia

     

    Bonjour

    Comme le souligne le comm précédent, il a été "engagé".

    Et le billet laisse -semble-t-il- comprendre que "tipota den paei xameno" est une chanson "sentimentale", alors qu'il s'agit de tout autre chose : la marche ("poreia") dont il est question à la fin étant bien une... manif... 

     

    Cela dit il a aussi écrit des chansons  sentimentales !

    1
    Mercredi 23 Mars 2011 à 22:02
    lizagrèce

    Il y a eu de nombreux hommages lors de sa disparition depuis peu (mais je n'ai pas  retenu la date) à à la télé grecque.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :