• Odysseas Elytis : Le Soleil * Ο Ήλιος (Όμορφη και παράξενη πατρίδα)

    elytis-collage-1.jpg

     

     

    Le soleil

    Belle mais étrange patrie
    que celle qui m’a été donnée

    Elle jette les filets pour prendre des poissons et c’est des oiseaux qu’elle attrape

    Elle construit des bateaux sur terre et des jardins
    sur l’eau
     

    Elle baise le sol en pleurant et puis elle s’exile
    aux cinq chemins elle s’épuise puis toute sa vigueur reprend

    Elle menace de prendre une pierre elle renonce aussitôt
        Elle fait mine de la tailler et des miracles naissent

    Avec une petite barque, elle atteint des océans
        Elle cherche la révolte, et s’offre des tyrans

    Elle enfante cinq grands hommes et puis elle leur brise l’échine
    quand ils ne sont plus, elle chante leurs louanges.

           

    Ο Ήλιος

    Όμορφη και παράξενη πατρίδα
        Ωσάν αυτή που μου'λαχε δεν είδα

    Ρίχνει να πιάσει ψάρια πιάνει φτερωτά 

      Στήνει στη γη καράβι κήπο
    στα νερά

    Κλαίει φιλεί το χώμα ξενιτεύεται
        Μένει στους πέντε δρόμους αντρειεύεται

    Κάνει να πάρει πέτρα τηνε παρατά
        Κάνει να τη σκαλίσει βγάνει θάματα

    Μπαίνει σ' ένα βαρκάκι πιάνει ωκεανούς
        Ξεσηκωμούς γυρεύει θέλει τύραννους

    Πέντε μεγάλους βγάνει πάνω τους βαρεί
        Να λείψουν απ' τη μέση τους δοξολογεί.

                                                                
    Traduit du grec par Angélique Ionatos (album O Erotas, 1992).
    Le poème est issu du recueil O Ilios Iliatoras (Le souverain soleil) d'Odysseas Elytis (1971).
      Οδυσσέας Ελύτης in Ο Ήλιος ο Ηλιάτορας, 1971.

     

    Angelique Ionatos a mis en musique ce poème en 1992 :

     

    elytis-collage-2.jpg

    Video : Johnny GotHisGun

       

    Sur une musique de Dimitris Lagios (Δημήτρης Λάγιος), deux autres interprètes chantent Elytis :

     

    Yorgos Dalaras   Yannis Kotsiras
                 kotsiras-yannis.jpg
         

    Dimitris Lagios (Δημήτρης Λάγιος)

    Video : Vereniki Flower

       

     

    Collages d'Odysseas Elytis
    Photos : internet

     

    Voir aussi :

    Odysseas Elytis, biographie (Esprits nomades)
    Odysseas Elytis, biographie (site d'Angelique Ionatos)
    Odysseas Elyis, biography (the poetry foundation)
    « Frère de Brassens, de Lapointe : Manolis Rasoulis*Μανώλης ΡασούληςHydra * Ύδρα »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    Lundi 11 Avril 2011 à 09:17
    benichou

    Très vrai, très beau.

    2
    Lundi 11 Avril 2011 à 18:07
    Grèce à l'Ouest

    Vu la video "blanche" de Dalaras, n'aurais-tu pas rencontre despb ces jours derniers pour mettre en ligne videos et photos ?

    3
    Lundi 11 Avril 2011 à 20:55
    Dornac

    Je me demande si c'est le propre de la Grèce.

    4
    Lundi 11 Avril 2011 à 20:55
    Dornac

    Oui, j'ai eu des problèmes, mais en principe, la video de Dalaras n'est pas blanche !

    5
    Lundi 11 Avril 2011 à 21:00
    Dornac

    Merci beaucoup pour ce lien.

    J'avoue que je n'ai pas de préférence pour l'un ou l'autre. Angélique Ionatos a son langage atypique, qui rappelle quand même parfois la Grèce ancienne ou byzantine. Mais j'aime bien aussi la simplicité de Dimitris Lagios, le thème est peut-être plus plaintif.

    6
    Lundi 11 Avril 2011 à 21:16
    lizagrèce

    Pas facile la langue de Elytis !

    7
    Lundi 11 Avril 2011 à 21:40
    Dornac

    Je ne me suis pas risquée à le traduire moi-même (sauf To parapono, il faut bien prendre des risques).

    8
    Lundi 11 Avril 2011 à 21:59
    josette

    J'adore ce texte dit par A.Ionatos. Quand ma fille avait 8 ans, elle a participé à un festival de théâtre scolaire dont le thème était "Métal" . Sa classe présentait les oiseaux de fer (l'un des douze travaux d'Hercule) et les gamins disaient ce texte.

    Gag: je suis "amie de 30 ans" avec Frank Lalou et j'avais oublié qu'il avait fait ce livre !

    9
    Mardi 12 Avril 2011 à 08:04
    Dornac

    Angélique Ionatos cite souvent les premiers mots de ce poème (en concert) même quand elle ne chante pas la chanson.
    Merci pour ce témoignage amusant.

    10
    Pascal
    Jeudi 18 Avril 2013 à 09:40
    Pascal

    Je possède un petit livre qui date de 1998, avec une traduction et des calligraphies de Franck Lalou autour précisément de ce seul poème. C'est une édition bilingue, quelques pages sont visibles ici , en cliquant sur les images , on peut les voir en plus grand dans un court diaporama.

    J'aime beaucoup Dalaras, mais je trouve que qu'Angélique Ionatos a vraiment bien plus le ton juste pour ce poème.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :