• Kostas Karyotakis : Soir *Βράδυ

    lampa_alikis-1965.jpg

       Ce poème de Kostas Karyotakis (Κώστας Καρυωτάκης, 1896-1928) est issu du recueil Elégies et Satires (Ελεγεία και Σάτιρες, 1928). En 1982 (la date a-t-elle été choisie à dessein?) 13 poèmes de Karyotakis deviennent 13 chansons grâce à la mise en musique de Lena Platonos (Λένα Πλάτωνος). L'album était prêt avant 1980 à travers la diffusion radiophonique d'une série de chansons (Ποιητικά Πεντάλεπτα:Poétique en cinq minutes). Pourtant sa production n'a pas été facile.
     Savina Yannatou (Σαβίνα Γιαννάτου) les interprète d'une voix très sensible, à la fois délicate et profonde.
    Βράδυ
      
    Τα παιδάκια που παίζουν
    στ' ανοιξιάτικο δείλι
    μια ιαχή μακρυσμένη.

    Τ' αεράκι που λόγια
    με των ρόδων τα χείλη
    ψιθυρίζει και μένει.

    Τ' ανοιχτά παραθύρια
    που ανασαίνουν την ώρα
    η αδειανή κάμαρά μου.

    Ένα τρένο που θα 'ρχεται
    από μια άγνωστη χώρα
    τα χαμένα όνειρά μου.

    Οι καμπάνες που σβήνουν
    και το βράδυ που πέφτει
    ολοένα στην πόλη.

    Στων ανθρώπων την όψη,
    στ' ουρανού τον καθρέφτη
    στη ζωή μου τώρα όλη.
                       

    Soir

    Les enfants qui jouent
    dans le crépuscule du printemps
    un cri lointain.

    Le petit vent messager
    avec les lèvres des roses
    chuchote et reste.

    Les fenêtres ouvertes
    qui respirent le temps
    ma chambre vide.

    Un train qui s'en vient,
    d'un pays inconnu
    mes rêves perdus.

    Les cloches qui meurent
    et le soir qui tombe
    un peu plus sur la ville.

    Sur le visage des hommes,
    sur le miroir du ciel

    maintenant sur toute ma vie.

         
          Traduction personnelle avec les corrections en commentaire*
                                                                        

    Evening

     

    The kids that play,
    in the spring's the dusk

    -a faraway yell-


    the wind, that words
    with the lips of roses

    whispers and stays.


    The open windows
    that breathe the hour,

    my empty room.


    a train, will be coming
    from a foreign land,

    my lost dreams.


    The sound of bells that dies out,
    and the night
    that falls continuously on the city,


    to the people's look,
    to the sky's mirror,

    now to my whole life.

     
    Translation : kirkh70    

     

    *Il peut y avoir des erreurs : corrections et propositions de traductions différentes très bienvenues (voir commentaires).

     

    Tableau en tête d'article : Σπύρος Βασιλείου : Η Λάμπα της Αλίκης
                                          Spyros Vasileo : La lampe d'Alikis

     

      Liens / Links :

    D'autres chansons de l'album Karyotakis, 13 chansons (Καρυωτάκης-13 Τραγούδια, 1982):

          Un sourire - χαμόγελο (youtube)
          Printemps - Άνοιξη (youtube)
          Nuit -Νύχτα (youtube)
          À un ancien camarade étudiant - Σε Παλιό Συμφοιτητή (youtube)
          Enfants-Παιδικό (youtube)
          La petite lune ce soir - Το φεγγαράκι απόψε (youtube)
          Comme un bouquet de roses - σα δέσμη από τριαντάφυλλα (youtube)
          Tes lettres -Τα γράμματά σου (youtube)
          Critique -Κριτική (youtube)
          Les basses terres et le cimetière - Η πεδιάς και το νεκροταφείον (youtube)
          Seul * Μόνο (sur ce blog, avec le poème)

     

    Lena Platonos et Savina Yannatou (sur ce blog)

    Kostas Karyotakis (sur ce blog)


    Poèmes de Karyotakis sur le blog d'Oulipia

    Kostas Karyotakis, biographie

    Lena Platonos (myspace)

    Savina Yannatou (son site)

    Autres interprétations pour la chanson Soir (Vradi) :

            Dimitra Galani (youtube)
            Sonia Theodoridou en concert (youtube)

     

    « Irène Papas : Infinity (mélodie érotique - 1972)Constantin Cavafis : Décembre 1903 * Ο Δεκέμβρης του 1903 »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    Dimanche 10 Octobre 2010 à 15:31
    Dornac

    Merci beaucoup. Puissiez-vous trouver du réconfort ici. Je pense à vous.

    2
    Mardi 12 Octobre 2010 à 10:33
    Dornac

    Oui merci beaucoup.

    En plus cette "humanité apparente" me gêne vraiment, et ma traduction générale manque de musicalité... vous l'avez restaurée. Merci.

    3
    Lundi 20 Décembre 2010 à 11:15
    Dornac

    Non je ne le connais pas et je vous remercie beaucoup de m'avoir informée. Je ferai des recherches.

    4
    Lundi 20 Décembre 2010 à 13:55
    Dornac

    Merci beaucoup. C'est très beau. Je vais saupoudrer du Photis Ionatos sur les articles qui en manque.

    Au fait, j'ai regardé une deuxième fois Sakis Rouvas, je crois que cette video est un montage et ne correspond probablement pas au vrai spectacle... je crois même que ce n'est pas Rouvas qui chante.

    5
    Lundi 20 Décembre 2010 à 15:02
    Dornac

    Je ne suis pas sûre qu'il y ait eu l'intention de manipuler. Il y a tellement de videos où les gens mélangent les genres.

    6
    Jeudi 8 Mars 2012 à 19:08
    Dornac

    Merci beaucoup ! C'est très réussi !

    7
    annie SERVANT
    Jeudi 18 Avril 2013 à 09:43
    annie SERVANT

    Un très beau texte et des images qui touchent.... une pointe de mélancolie.

    Un peu de vague à l'âme, ma mère s'en va petit à petit vers l'autre monde. Je ne suis pas souvent chez moi, mais je viens visiter votre blog régulièrement, avec bonheur.

    Annie

     

    8
    mireio
    Jeudi 18 Avril 2013 à 09:43
    mireio

    Bonjour

    pour la fin, la dernière strophe ne serait-elle pas plutôt à traduire dans la "foulée" de ce qui précède, malgré le point qu'il y a avant ?

    και το βράδυ που πέφτει

    et le soir qui tombe


    ολοένα στην πόλη.

    sans cesse sur la ville.



    Στων ανθρώπων την όψη,

    sur le visage des hommes,


    στ' ουρανού τον καθρέφτη

    sur le miroir du ciel,


    στη ζωή μου τώρα όλη

    maintenant sur ma vie toute entière.

    9
    Pascal
    Jeudi 18 Avril 2013 à 09:43
    Pascal

    La première fois que j'ai entendu chanter du Karyotakis, c'était sur un CD de Photis Ionatos (Le frère d'Angélique, qui semble avoir fait souche en Belgique). Un CD intitulé "Ithaque", de 1988, distribué par Auvidis (A6150)

    Il y a la-dessus cinq textes de Karyotakis, d'autres de Ritsos, d'Elytis, de Cavafy (c'est lui qui avait choisi cette transcription , je crois..)

    Ce CD a du connaître une diffusion confidentielle. Le connaissez-vous?

    Un texte en particulier, superbement pessimiste sur l'utilité de l'existence humaine, m'avait touché, tiré du recueil "la ville insoumise" et intitulé ΥΣΤΕΡΟΦΗΜΙΑ ...

    10
    Pascal
    Jeudi 18 Avril 2013 à 09:43
    Pascal

    J'ai retrouvé l'oiseau rare... Qui n'est bien sûr disponible nulle part, épuisé...

    30 secondes péniblement écoutables sur le site de la FNAC, et, miracle d'internet...

    http://music-ilia.blogspot.com/2009/11/photis-ionatos-itaque.html

    avec traductions en Russe, en Estonien, et j'en passe...

    Bonne écoute...

    11
    Pascal
    Jeudi 18 Avril 2013 à 09:43
    Pascal

    Vous avez très probablement raison. La colère m'a aveuglé.

    La bande son est une interprétation classique, le montage est effectivement grossier. 

    Mais quel est donc le but de cette manipulation? Comme vous avez fait preuve d'une confondante sagacité, je vous laisse la priorité pour les conjectures, si tant est que le sujet en vaille la peine...

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    12
    Beddouk Christiane
    Jeudi 18 Avril 2013 à 09:43
    Beddouk Christiane

    Bonjour,

            Je viens de découvrir ce poème  de Kariotakis et je vous en  propose une adaptation :

                                         SOIR

                    Un soir de printemps

                    Des enfants qui jouent :

                    Rumeur lointaine.

     

                      Un souffle de vent

                       Aux lèvres de roses

                       Murmure et s'attarde .

     

                        Les fenêtres ouvertes

                        Respirent le temps

                        Dans ma chambre vide .

     

                        Un train qui s'en vient

                         D'un pays lointain

                         Emporte mes rêves .

     

                          Les cloches se taisent

                           Et le soir qui tombe,

                           Tombe sur la ville,

     

                            La face des hommes,

                            Le miroir du ciel

                             Et ma vie entière . 

     

              Merci pour ce blog toujours passionnant .

     

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :