• Nena Venetsanou, quelques chants pour le rêve * Η Νένα Bενετσάνου

    Nena Venetsanou quelques chants oniriques pour nos siestes

    Nena Venetsanou est l'une des plus belles voix grecques,
    pleine, généreuse et puissante, tendre, cosmique et inaltérable...

    Elle n'est pas seulement chanteuse, mais également compositrice et auteure de chansons.

     

    Lilith- Λιλήθ (avec Kostas Grigoreas à la guitare) :

     

     Vidéo : Kostas Grigoreas

    Paroles & musique : Nena Venetsanou
    Στίχοι & Μουσική : Νένα Βενετσάνου
    ΄Αλμπουμ : "Το κουτί της Πανδώρας" (LYRA, 1984)
    Album : "La boîte de Pandore" (LYRA, 1984)

    Λιλήθ

      Η σκέψη μου για σ'ένα 'νε
      μες τη σκιά ας μένει.
      Όμορφο όνομα, Λιλήθ,
      γραφή μισοσβησμένη.

      Μάτια βαθιά σαν έβενος,
      γαλάζιο το κορμί σου.
      Ποια χέρια σε καρφώσανε
      στη μέση της αβύσσου!

      Ζούμε άχαρες, μικρές ζωές
      Ποια τα μάγια θα μας λύσει;
      Μες τα σπίτια ζούμε σιωπηλές. 
      Ποια το φόβο θα νικήσει;

      Παίζεις με φίλτρα μαγικά,
      μάγισσα της αβύσσου.
      Μένεις μακριά απ' τη ζεστή
      φωτιά του Παραδείσου.

      Στα σκοτεινά σε ρίξανε,
      μα εσύ γυμνή χορεύεις.
      Γέννα ανήκουστη τολμάς
      και διχασμούς φυτεύεις.

      Ζούμε άχαρες, μικρές ζωές
      Ποια τα μάγια θα μας λύσει;
      Μες τα σπίτια ζούμε σιωπηλές. 
      Ποια το φόβο θα νικήσει;

      Λουλούδι, νυχτολούλουδο,
      μελαχρινό αηδόνι.
      Φτεροκοπάς τον πόνο σου
      στο σκοτεινό αλώνι.

      Και νιώθω τα σκιρτήματα,
      το φτερωτό σημάδι.
      Δεν ονομάζω τίποτα.
      Λιλήθ, πυκνό σκοτάδι.

      Ζούμε άχαρες, μικρές ζωές
      Ποια τα μάγια θα μας λύσει;
      Μες τα σπίτια ζούμε σιωπηλές.
      Ποια το φόβο θα νικήσει;

     

     

    Lilith

    Ma pensée demeure vers toi
    tant que dans l'ombre tu restes.
    Quel beau nom, Lilith,
    un mot à demi effacé.

    Des yeux profonds comme l'ébène,
    bleu est ton corps.
    Quelles mains t'ont clouées
    au milieu de l'abîme !

    Nous vivons nos petites vies ingrates
    Quels sortilèges peuvent nous sauver ?
    Dans les maisons nous vivons en silence.
    Quelle peur sera vaincue ?

    Tu joues avec des filtres magiques,
    Sorcière de l'abîme.
    Tu restes loin de la chaleur
    feu du Paradis.

    Ils t'ont jetée dans l'obscurité,
    mais toi, tu danses nue.
    tu oses l'inouï enfantement
    et tu plantes les discordes.

    Nous vivons nos petites vies ingrates
    Quels sortilèges peuvent nous sauver ?
    Dans les maisons nous vivons en silence.
    Quelle peur sera vaincue ?

    Fleur, primevère du soir,
    brun rossignol.
    Tu bats des ailes ta douleur
    moisson de l'ombre .

    Et je sens les frémissements,
    l'appel d'aile
    je n'énonce rien.
    Lilith, épaisse obscurité.

    Nous vivons nos petites vies ingrates
    Quels sortilèges peuvent nous sauver ?
    Dans les maisons nous vivons en silence.
    Quelle peur sera vaincue ?

     

         
    Νένα Βενετσάνου     Traduction personnelle toute autre proposition
    bienvenue (voir commentaire)

     

    Sur une musique et des paroles de Manos Hadjidakis (Μάνος Χατζιδάκις),
    Marie-Flore des vents - Η Μαριάνθη Των Ανέμων (1983) :

     

     

    Vidéo : Ελληνικό Τραγούδι

     

    Sur un poème de Nikos Gatsos et une musique de Manos Hadjidakis,
    Tu étais un enfant comme le Christ -ήσουν παιδί σαν το χριστο :

     


    Vidéo : Giorgos Konstantinidis

     

        Ήσουν παιδί σαν τον Χριστό  

      Έμπαινες κι έλαμπε το σπίτι
      σαν το τριφύλλι τ’ ανοιχτό
      κι είχες το φως τ’ Αποσπερίτη
      στα δυο σου μάτια φυλαχτό

      Άφηνες πάνω στο τραπέζι
      γάλα και μέλι και ψωμί
      κι έβλεπα τ’ όνειρο να παίζει
      στο πελαγίσιο σου κορμί

      Σ’ ευχαριστώ, σ’ ευχαριστώ
      ήσουν παιδί σαν τον Χριστό

      Κύμα και βότσαλο κι αλμύρα
      και καλοκαίρι μου ζεστό
      ούτε ένα δάκρυ σου δεν πήρα  
      στην παγωνιά για να λουστώ

      Σ’ ευχαριστώ, σ’ ευχαριστώ
      ήσουν παιδί σαν τον Χριστό

     

      Tu étais un enfant comme le Christ

    Tu entrais dans la maison et l'illuminais
    comme le trèfle ouvert
    et de l'étoile du berger tu avais la lumière
    dans tes deux yeux porte-bonheur

    Sur la table tu laissais
    du miel et du pain et du lait
    et j'ai vu le rêve jouer
    sur la mer de ta chair

    Je te remercie, je te remercie
    tu étais un enfant comme le Christ

    Une vague et un cailloux et du sel
    et mon été si chaud
    je n'ai même pas pris ton sanglot
    pour me baigner dans le gel

    Je te remercie, je te remercie
    tu étais un enfant comme le Christ

                
    Νίκος Γκάτσος     Traduction personnelle toute autre proposition
    bienvenue (voir commentaire)

     

    Sur des paroles de Kostas Virvos et une musique de Mikis Theodorakis (concert au Megaro Mousikis d'Athènes en 2001),
    Dors mou petit ange - Κοιμήσου αγγελούδι μου (à un frère mort):

     

    Vidéo : Michalis Black

     

    Sur un poème de Paul Eluard et en français, Au nom (du front parfait profond) :

     

    Vidéo : ΜΑΡΙΑ ΜΑΤΑΜΑΔΙΩΤΟΥ

     Paroles : Paul Eluard,  musique : Nena Venetsanou
    Στίχοι : Πωλ Ελυάρ,  Μουσική : Νένα Βενετσάνου
    Nena Venetsanou a mis en musique cinq poèmes d'Eluard (1980) et chanté dix de
    ses poèmes
    mis en musique par Mikis Theodorakis (2000)

     

    Sur un poème d'Odysseas Elytis, Le petit sorcier - Το μαγισσάκι

     


    Vidéo : musiccisum18
    Paroles : Odysséas Elytis, musique : Nena Venetsanou
    Στίχοι : Οδυσσέας Ελύτης, Μουσική : Νένα Βενετσάνου

     

    Sarah - Σάρα :

     

    Vidéo : Ioccalice ( Alice Iocco)

     Paroles : Nina Nachmia,  musique : Nena Venetsanou 
    Στίχοι: Νίνα Ναχμία, Μουσική : Νένα Βενετσάνου

     

    Σάρα

      Ήρθα, είπα να 'ρθώ, μα πώς να 'ρθω
      θα’ ναι η ψυχή μου πίσω
      δεν έχω μέρος να σταθώ
      και να ξαναγυρίσω

      Ξένη, ξένη μου λένε ειμ’ εδώ
      ξένη κι εκεί θα πουν
      τις δυο πατρίδες μου αγαπώ
      μ’αυτές δε με χωρούν

      Πάνω στο όρος Ελαιών
      ο νους φλογίτσα των κεριών
      σε περιπλάνηση κι οδύνη
      να φέρνει σάρκα και οστά
      και στην οθόνη σας μπροστά
      αναπαράσταση να δίνει

      Τρέχουν, τρέχουν τα δάκρυα σαν βροχή 
      χρόνια που νιώθω μόνη
      άλλη πατρίδα στην ψυχή
      κι άλλη να με πληγώνει

      Άκου, να την ξυπνά η Ιεριχώ
      απ’ τους αιώνες ψάλλει
      την άκουσα και ξεψυχώ
      θέλω ν’ακούσω πάλι...

     

    Sarah

    Je vins, je dis je vins, venir comment ?
    ce serait mon âme auparavant
    nulle part je ne peux demeurant
    ni revenir comme avant

    Ils me disent étrangère ici
    étrangère là-bas ils diront
    alors que j'aime mes deux patries
    où jamais ils ne me compteront

    Au-dessus du mont des Oliviers
    les bougies que l'esprit va embraser
    dans l'errance et la souffrance
    pour apporter chairs et ossements
    et sur votre écran au-devant
    pour redonner une ressemblance

    Courent, courent les larmes comme la pluie
    les années où seule je suis
    une autre patrie dans l'esprit
    une autre où je me sens bannie

    Écoute, pour que s'éveille Jericho
    depuis des siècles elle psalmodie
    Je l'ai entendue et perdu l'esprit
    Je veux entendre à nouveau ...

              
    Νίνα Ναχμία     Traduction personnelle toute autre proposition
    bienvenue (voir commentaire)

     

    Pécheur - Αμαρτωλό :

     

     Vidéo : Αλέξανδρος Σταύρου

     Paroles : Galateia Kazantzaki,  musique : Nena Venetsanou
    Στίχοι : Γαλάτεια Καζαντζάκη,  Μουσική : Νένα Βενετσάνου
    ΄Αλμπουμ : "Το κουτί της Πανδώρας" (LYRA, 1984)
    Album : "La boîte de Pandore" (LYRA, 1984)

     

    Un air de rébétiko connu (paroles et musique de Markos Vamvakaris),
    Tes paupières brillent - Τα ματόκλαδά σου λάμπουν :

     


    Vidéo : Armar Koukounar

    Μουσική-Στίχοι: Μάρκος Βαμβακάρης

     

    La Grande Chimère - Η Μεγάλη Χίμαιρα (2014) qu'elle chante successivement en grec et en français :

     


    Vidéo : Katerina Polemi

    Μουσική & Ενορχήστρωση: Κατερίνα Πολέμη, Στίχοι: Στρατής Πασχάλης
    Musique & Arrangement : Katerina Polemi, Paroles: Stratis Pascalis
     Μετάφραση: Gilles Touchais, Traduction : Gilles Touchais
    C'est la musique originale de la pièce de théâtre éponyme,
    tirée de l'ouvrage de M. Karagatsis (Μ. Καραγάτσης)

     

    Je veux que tu me dises - Θέλω να μου μιλήσεις (1980):

     


    Vidéo : MonPetitLudo

    Paroles : Stella Chrysoulaki,  musique : Nena Venetsanou
    Στίχοι: Στέλλα Χρυσουλάκη - Μουσική: Νένα Βενετσάνου -

     

    Je demande de m'apprendre la vérité - Ρωτώ να μάθω την αλήθεια :

     


    Vidéo : Pythais

    Paroles : Betty Komninou,  musique : Nena Venetsanou
    Στίχοι: Μπέτυ Κομνηνού - Μουσική: Νένα Βενετσάνου

    À tous je demande de m'apprendre la vérité et tous me racontent des histoires...

     

    Liens / Links

    Nena Venetsanou (article sur Esprits nomades)

    Article sur Nena Venetsanou chantant Eluard (musique de Mikis Theodoraks) : Les Six Eluard

    Nena Venetsanou sur ce blog :
            L'amoureuse de Paul Eluard
            Ritsos : Grécité (Romiosini)
            Maria del Mar Bonet chante Leontis
            Sappho : Je t'en supplie Goggyla
            Sappho : Adonis
            O. Elytis : Marina
            O. Elytis : Tout ce que le destin m'écrivait
            Un petit réveil musical ?
            Gatsos : Le cauchemar de Perséphone
            Les sirènes existent (1)
            Les chanteuses grecques (3)
            Nikos Gatsos : Va le train est parti

     

    « Kostis Palamas : Le satyre ou la chanson nueVous me copierez "Douce France" à tous les temps ! »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :